Union de deux acteurs du nettoyage, prêts à passer un savon au coronavirus

Innovis est connue pour ses dégraissants, Dipp Professional, prisés de la petite restauration et autres acteurs du monde de l’alimentation. ©EPA

L’entreprise uccloise derrière le populaire dégraissant Dipp dans l’horeca vient renforcer le portefeuille de WVT Industries. Le montant de la transaction n’est pas connu.

Petite effervescence dans le monde des produits d’entretien. L’entreprise uccloise Innovis, connue pour ses dégraissants "Dipp Professional" prisés de la petite restauration et autres acteurs du monde de l’alimentation, vient en effet de passer aux mains du spécialiste du nettoyage WVT Industries.

20
millions €
Fort d'Innovis, WVT Industries devrait désormais peser un chiffre d’affaires cumulé de plus de 20 millions d'euros cette année.

Si le montant de la transaction n’a pas filtré, il s’agit toutefois là d’une importante opération pour l’entreprise anversoise, lui permettant de compléter un portefeuille de solutions de nettoyage et de désinfection plutôt orientées industrie.

Avec Innovis, elle se renforce d'un coup du côté des petites et moyennes cuisines, grâce à un acteur présent aussi bien chez des traiteurs que des boulangers, des bouchers et des cuisiniers de restaurants et d’hôtels.

Momentum du coronavirus

Forte de cette opération, WVT Industries devrait désormais peser un chiffre d’affaires cumulé de plus de 20 millions d'euros cette année, contre plus de 17 millions d'euros l'an dernier. Et ce, dans un contexte aux perspectives pour le moins limpides: avec la crise du Covid-19, le besoin n’a jamais été aussi pressant. Ce qui viendra doper sa croissance déjà rapide.

"Cette opération est en parfaite ligne avec le plan de développement que nous avons pour VWT, que l’on entend positionner au rang de leader européen par voie de consolidation."
Jean-Roger de Bandt
Associé chez Sofindev

Du côté du fonds de private equity Sofindev (fondé par Sofina et la famille Colruyt), actionnaire juste sous les 50% de WVT, on se réjouit du rapprochement, "en parfaite ligne avec le plan de développement que nous avons pour l’entreprise, que l’on entend positionner au rang de leader européen par voie de consolidation", d'après Jean-Roger de Bandt, associé. Une précédente acquisition a d’ailleurs déjà été réalisée l’an passé aux Pays-Bas.

Lire également

Publicité
Publicité