Publicité

Vincent Laborderie plaide pour un confinement moins restrictif

©Photo News

Le politologue de l'UCLouvain estime que les mesures strictes de confinement prises par la Belgique ne sont pas un gage d'efficacité en comparaison aux Pays-Bas. Il plaide pour un confinement plus "intelligent".

La Belgique fait-elle fausse route en matière de confinement? Alors que le Conseil national de sécurité doit rendre son avis ce mercredi sur une éventuelle prolongation des mesures de confinement en Belgique au-delà du 19 avril, le politologue de l’UCLouvain Vincent Laborderie estime qu’il n’y a aucun intérêt à imposer les mesures les plus strictes pour lutter contre le Covid-19.

Le cas néerlandais

Pour soutenir sa position, Vincent Laborderie a comparé les performances de lutte contre l’épidémie de la Belgique et des Pays-Bas, deux pays comparables avec une densité de population élevée. "Or on sait qu’une forte densité de population favorise la propagation de l’épidémie."

"Le résultat est étonnant est sans appel: les deux politiques ont une efficacité égale. Plus précisément, il est impossible de percevoir une meilleure efficacité de la politique menée en Belgique. Les Pays-Bas semblent même être plus performants en termes de maîtrise des arrivées à l’hôpital."
Vincent Laborderie
UCLouvain

À l’inverse de la politique de confinement appliquée par la Belgique, "nos voisins ont développé l’une des politiques les plus souples d’Europe en la matière", constate-t-il dans une étude qui bien que "non finalisée" présente des résultats "suffisamment significatifs pour être diffusés".  

Comme en Belgique, les Pays-Bas ont imposé la fermeture des cafés, des restaurants, des écoles et des universités. Les rassemblements et activités sociales sont également interdits "mais les points communs s’arrêtent là", constate le politologue. Voici pourquoi!

Après avoir opté pour une stratégie dite de "l’immunité collective" qui consistait à adopter un minimum de mesures et laisser l’épidémie se propager, "les Pays-Bas ont refusé le principe du confinement au nom du respect des libertés fondamentales." Ils lui ont préféré une politique de distanciation sociale dont les principes sont les suivants: invitation insistante au confinement mais pas d’obligation légale. Le respect de la distanciation sociale est la règle mais sans obligation de rester à domicile. Les commerces non essentiels peuvent rester ouverts. Le télétravail est encouragé mais pas obligatoire. Il est donc par exemple possible de rendre visite à une connaissance, d’aller et venir à sa guise à condition de respecter une distance de 1,5 mètre.

La Belgique fait-elle fausse route?

"Tout en étant efficace contre la pandémie, le confinement intelligent permet de limiter les effets indésirables tant pour l’économie que dans la population."
Vincent Laborderie
UCLouvain

Une question se pose rapidement. Quelle est l’efficacité de ces deux politiques? Pour répondre à cette double interrogation, l’étude a notamment comparé l’évolution des nouvelles hospitalisations. Comparer l’évolution de cas détectés est par contre moins pertinent vu les lacunes belges en matière de testing. "Le résultat est étonnant est sans appel: les deux politiques ont une efficacité égale. Plus précisément, il est impossible de percevoir une meilleure efficacité de la politique menée en Belgique. Les Pays-Bas semblent même être plus performants en termes de maîtrise des arrivées à l’hôpital."

En conclusion, "ce résultat surprenant doit conduire à remettre fondamentalement en cause l'idée, à la base de toute politique de confinement, selon laquelle il faut être le plus restrictif possible pour être efficace. Les résultats obtenus par les Pays-Bas invalident en tout cas les mises en garde répétées quant à un rebond incontrôlable de l’épidémie au moindre relâchement."

Dommages socio-économiques

Face à ce constat, Vincent Laborderie s’interroge sur la viabilité de la poursuite des mesures de confinement face aux dommages socio-économiques qu’elles vont engendrer. À ses yeux, l’exemple néerlandais "offre peut-être une solution. Tout en étant efficace contre la pandémie, le confinement intelligent permet de limiter les effets indésirables tant pour l’économie que dans la population" pour qui la privation de liberté peut être "traumatisante".


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité