Virginie Taittinger: "Je suis dépendante des gens qui me consomment. Je ne peux pas boire mes bouteilles toute seule"

©Tim Dirven

Virginie Taittinger, qui produit le champagne Virginie T., subit la crise du coronavirus de plein fouet. Son fils et elle viennent d'acheter des parcelles dans des villages classés grand cru. L'objectif? Produire un champagne bio.

"Nous sommes touchés de plein fouet. Le champagne, c'est la convivialité, le plaisir d'être ensemble, on en boit pour célébrer des mariages et des naissances". Virginie Taittinger, qui commercialise du champagne sous la marque Virginie T., subit la crise du Coronavirus de plein fouet.

"J'ai besoin d'être motivée par du positif. C'est une chance de travailler avec mon fils, c'est motivant. Il représente l'avenir."
Virginie Taittinger

"On ne sait pas quand et comment cela va reprendre. Nous avons une chance, nos produits ne sont pas périssables. Le champagne que nous ne vendons pas aujourd'hui sera vendu plus tard", explique Virginie Taittinger qui, la veille de notre appel, a fait quelques livraisons de champagne à Bruxelles. "C'était pour une e-degustation via Instagram", nous explique-t-elle, avant de reconnaître qu'elle n'aurait jamais eu cette idée si son fils ne travaillait pas à ses côtés. 

"J'ai besoin d'être motivée par du positif. C'est une chance de travailler avec mon fils, c'est motivant. Il représente l'avenir. Sans lui, je n'aurais jamais fait cette dégustation sur Instagram. J'ai trouvé cela rafraîchissant. Il faut changer le genre", assure Viriginie T. 

Vers du champagne bio

Son fils est chef de cave, c'est à lui que revient le dernier mot en ce qui concerne les assemblages et la vinification. "Le champagne, c'est le reflet de l'âme et l'assemblage, c'est comme le nez du parfum", précise celle qui nous explique avoir terminé les assemblages et la vinification au début du mois de mars.

Virginie Taittinger et son fils Ferdinand viennent d'acheter deux parcelles dans des villages de Champagne classés grand cru. "Nous regardons pour passer en champagne bio à haute valeur environnementale". 

Philosophe face à la crise

"Cette crise nous rappelle que le plus important, c'est l'humain, cela passe par les employés, les clients et les actionnaires", explique-t-elle. Les entreprises qui se remettront le mieux de cette crise sont celles qui ont la meilleure cohésion sociale, ajoute Virginie Taittinger. Ce confinement, de son propre aveu, ne représente pas grand-chose pour elle qui, depuis douze ans, travaille à domicile. "Je dis toujours que mon capital est fort liquide, tout est dans mes bouteilles de champagne". 

"Je suis dépendante des gens qui me consomment. Je ne peux pas boire mes bouteilles toute seule."
Virginie Taittinger

Le moins que l'on puisse dire, c'est que notre interlocutrice aborde cette crise avec une certaine philosophie. "Je suis dépendante des gens qui me consomment. Je ne peux pas boire mes bouteilles toute seule. L'autre jour, je faisais mes livraisons, il faisait beau, je me disais que la vie est merveilleuse parce que, même dans la difficulté, elle nous apporte un rayon de soleil". 

Objectif: 100.000 bouteilles vendues par an

Aujourd'hui, Virginie Taittinger cherche à atteindre son point d'équilibre qui serait à 100.000 bouteilles vendues par an, bien loin des géants du secteur. Ce volume est également un choix assumé, la volonté de rester au niveau de l'artisanat.

400.000
bouteilles
Virginie Taittinger explique avoir actuellement 400.000 bouteilles en stock. D'ici 4 à 5 ans, elle voudrait en écouler 60.000 par an.

"J'ai actuellement 400.000 bouteilles en stock. D'ici 4 à 5 ans, je voudrais écouler 60.000 bouteilles par an. Je ne veux pas d'un champagne qui aurait moins de six ans d'ancienneté", affirme-t-elle. Et en attendant des jours meilleurs, elle profite de ce confinement pour prendre du recul sur sa façon de travailler, elle prend du temps pour placer ses archives dans le cloud afin de pouvoir les transmettre à ses enfants. Elle se force à avoir un planning qui n'est plus lié à l'immédiateté du quotidien.

En attendant, Virginie Taittinger espère que cette crise sera l'occasion d'un nouveau départ et que tout ne repartira pas comme avant. 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité