Publicité

Voici à quoi ressemblera le "covid safe ticket" bruxellois, applicable dès le 15 octobre

Le covid safe ticket est déjà d'application dans les discothèques belges depuis le 1er octobre. ©ANTONIN WEBER / HANS LUCAS

Instauré du 15 octobre au 15 janvier, le pass sanitaire bruxellois a été validé par les députés de la capitale vendredi soir. On vous livre ses contours.

Ce vendredi soir, le parlement bruxellois a validé l’usage étendu du "covid safe ticket" dans la capitale à partir du 15 octobre. Ce n'est guère une surprise: le dossier avait déjà été approuvé mercredi en commission Santé.

Le quoi? CST, pour covid safe ticket, soit la déclinaison belge du certificat covid européen. Né par la grâce de l'accord de coopération du 14 juillet 2021 et initialement pensé pour les événements de masse. Usage largement étendu, au détour d'une modification dudit accord entrée en vigueur au 1er octobre, à charge des Régions de mettre cela en musique tout en respectant le cadre, qui liste les secteurs pouvant être visés et l'âge minimum requis pour montrer patte blanche.

Gestion du risque

C'est là que l'on retrouve l'ordonnance bruxelloise, consacrant le CST dans la capitale à dater du vendredi 15 octobre, et ce pour une durée de trois mois maximum. Tout en sachant que la situation sanitaire sera réévaluée tous les mois.

02/214.19.19
Call center
Afin de disposer d'une version papier du covid safe ticket à Bruxelles, il est nécessaire de contacter le call center. Sinon, c'est via l'application CovidSafe que cela se passe.

On insiste, à Bruxelles, par la voix des cabinets du ministre-président Rudi Vervoort (PS) et du ministre de la Santé Alain Maron (Ecolo). Le CST est un "outil de gestion du risque sanitaire" permettant de "protéger la santé de la population dans différentes situations de proximité physique", tout en donnant l'occasion de réunir davantage de monde et de relâcher la pression du côté des gestes barrières. "Après, si par effet de bord cela permet d'élargir la couverture vaccinale, c'est tant mieux."

Six secteurs

On vous rappelle qu'afin de dégotter son CST, il faut disposer d'un schéma de vaccination complet depuis plus de 14 jours ou d'un certificat de rétablissement affichant moins de 180 jours au compteur, ou encore détenir un test négatif (moins de 48 heures pour un PCR et de 24h pour un antigénique). À brandir via l'application CovidSafe – pour la version papier, c'est au 02/214.19.19 que cela se passe. Dès 12 ans pour les événements de masse et dans les établissements de soins, dès 16 ans sinon.

50
Personnes en intérieur
Le covid safe ticket continuera évidemment à s'appliquer aux événements de masse, à savoir ceux réunissant plus de 50 personnes en intérieur ou plus de 200 à l'extérieur.

Outre les événements dits de masse – appellation valable dès 50 personnes en intérieur et 200 à l'air libre –, l'usage s'imposera dans six secteurs. L'horeca, enfin surtout "reca" puisqu'il est question des restaurants et des cafés, à l'exception des terrasses, où les mesures de distanciation restent d'application, et de la vente à emporter. Discothèques, clubs de sport et de fitness - à tous les coups à l'intérieur et dès 200 personnes à l'extérieur –, foires commerciales et congrès dépassant la jauge des 50/200. Établissements relevant du secteur culturel, festif et récréatif, dès 50 personnes. Enfin, hôpitaux et maisons de repos.

Des aberrations?

À noter que sous les jauges imposées, l'organisateur peut recourir au CST, même si son usage n'est pas obligatoire. À condition d'en avertir les participants. Le CST est par contre banni dans la sphère privée, les services et transports publics, les activités éducatives, le lieu de travail, les magasins et centres commerciaux.

"Ce n'est pas une arme absolue, c'est le fruit d'un compromis entre la vraie vie, les demandes des secteurs et la volonté d'imposer cet outil de gestion du risque."
Le cabinet de Rudi Vervoort

Le tout n'est pas sans déboucher sur quelques aberrations. Comme au restaurant où le client de l'extérieur pourra se rendre, masqué, à l'intérieur afin de payer ou de se rendre aux toilettes. Ou ces salles de spectacle accueillant un groupe scolaire masqué parmi un public ayant tombé le masque. On le sait à Bruxelles. "Ce n'est pas une arme absolue, c'est le fruit d'un compromis entre la vraie vie, les demandes des secteurs et la volonté d'imposer cet outil de gestion du risque."

Le résumé

  • Le CST sera de sortie du 15 octobre au 15 janvier.
  • Outre les événements de masse, il s'imposera dans six secteurs, selon des modalités différentes.
  • Il ne pourra par contre être de sortie sur le lieu de travail, l'école, les activités parascolaires, les services et transports publics ou encore les commerces.
  • Et ne franchira pas la porte de votre domicile, même si celui-ci abrite des festivités.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité