Voici comment le vaccin d'AstraZeneca entrera dans la danse

Ce mardi, le premier centre de vaccination bruxellois a ouvert ses portes, administrant dans la foulée les premières doses de Moderna au personnel soignant de plus de 50 ans. Dès la mi-février, la tranche d'âge des 18-55 ans pourra également y être vaccinée avec de l'AstraZeneca. ©BELGA

Ce troisième vaccin s'adressera aux personnes de 18 à 55 ans rentrant dans les catégories de priorité déjà établies. Pour l'heure, les doses de Pzifer et de Moderna sont réservées à la population âgée.

Ce n'est pas si loin: vendredi 29 janvier, l'Agence européenne des médicaments donnait son feu vert à un troisième vaccin contre le coronavirus, signé AstraZeneca. Dans la foulée, vu le manque de données liées à l'efficacité de ce vaccin chez les plus de 55 ans, le Conseil supérieur de la santé recommandait de le réserver, en Belgique, à la tranche d'âge allant de 18 à 55 ans. Restait à traduire cela concrètement dans le calendrier belge de vaccination. Sans trop tarder, puisque ce sont pas moins de 443.000 doses d'AstraZeneca qui débarqueront durant le mois de février.

443.000
doses
Durant le mois de février, environ 443.000 doses sont attendues (et confirmées) en provenance de chez AstraZeneca.

C'est désormais chose faite: la task force en charge de la vaccination est venue avec une proposition, validée par la Conférence interministérielle réunissant tout ce que la Belgique compte de ministres de la santé. Ce qu'on y trouve ne tient pas de la révélation. Puisque cela s'inscrit dans l'ordre des priorités déjà établies: en février, essentiellement les professionnels de la santé et les institutions collectives de soins autres que les maisons de repos, et en mars, place aux personnes âgées ou à risques.

Quelles cibles?

Et que cela tient compte de la cible choisie: les 18-55 ans. Avec un double avantage. Pour l'heure, les doses en provenance de Pfizer et de Moderna sont réservées à la population plus âgée, permettant d'accélérer le tempo de leur vaccination. Et l'AstraZeneca vient avancer le tour des personnes de moins de 55 ans dotées d'un ordre de priorité.

Quels seront donc ces groupes-cibles, qui commenceront à recevoir les premières doses d'AstraZeneca dès la mi-février? Les voici:
- les professionnels des soins de santé de moins de 55 ans (environ 200.000 personnes);
- les résidents et le personnel des institutions de soins collectifs autre que les maisons de repos, à condition évidemment que la majorité y affiche moins de 55 ans au compteur;
- les personnes considérées à risques, parce que présentant un facteur de comorbidité, âgées de 18 à 55 ans évidemment et ne présentant pas de troubles d'immunité ou n'étant pas traitées au moyen d'immunosuppresseurs (entre 500.000 et un million de personnes);
- enfin, les personnes de moins de 55 ans exerçant certaines fonctions jugées critiques, parce que conjuguant présence sur le terrain et difficultés à maintenir les distances de sécurité, impliquant un risque plus élevé de se frotter au coronavirus - pour l'heure, il est principalement question des unités d'intervention de la police et des militaires déployés en mission.

Un vaccin de seconde zone?

"Il s'agit d'un vaccin très efficace!"
Jean-Michel Dogné
Chef du département "pharmacie" de l'Université de Namur

C'est le chiffre qui fait peur, le produit d'AstraZeneca ayant été autorisé avec cette étiquette, situant son taux d'efficacité à 59,5%. À ce sujet, la task force vaccination se veut plus que rassurante. "Il s'agit d'un vaccin très efficace!", insiste Jean-Michel Dogné, à la tête du département de pharmacie de l'Université de Namur et spécialiste de la sécurité des vaccins.

Parce que si la seconde dose peut être administrée entre 4 et 12 semaines après la première, les études cliniques indiquent que l'efficacité grimpe si l'on attend entre 8 et 12 semaines, dépassant les 70%. Et chatouillant même les 80% à 12 semaines. Ce n'est pas tout: 3 semaines après la première injection, le taux de protection semble déjà s'établir autour des 60%. Enfin, ce vaccin s'est montré très efficace pour réduire le risque d'hospitalisation.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité