Publicité

Voici le plan wallon pour adapter la vaccination à la rentrée

©Martin Bertrand

Seize centres fixes, trois antennes locales, quatre équipes mobiles et un recours accru aux généralistes. En septembre, la vaccination fait sa rentrée et vise les plus jeunes et les immunodéprimés.

Après Bruxelles ce mardi, c'était au tour de la Wallonie de présenter, ce jeudi, son plan d'attaque vaccinal pour la rentrée qui s'annonce – tout comme la fin de ce qui était censé être "les beaux jours". Le tout dans un contexte moins critique que celui qui prévaut dans la capitale. Mission accomplie, peut se réjouir la ministre de la Santé Christie Morreale (PS), puisque 80% des adultes wallons ont reçu leur première dose (et 78% affichent un schéma vaccinal complet).

80%
Des adultes wallons ont reçu une première dose
Ce n'était pas gagné d'avance, mais 80% des adultes wallons ont reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19, tandis que 78% d'entre eux sont entièrement vaccinés. Cela étant, la protection devient plus faiblarde lorsque l'on descend dans les classes d'âge et passe sous les 35 ans.

"En ce qui concerne la protection des plus faibles, nous sommes dans le bon", constate Lambert Stamatakis, le délégué général Covid-19 pour la Wallonie. Au-delà des 45 ans, la couverture vaccinale dépasse les 80%. "Par contre, si l'on s'intéresse à la circulation du virus, nous n'y sommes pas encore. Pour ce faire, nous devons augmenter le taux de vaccination des plus jeunes, eux qui ont le plus de contacts sociaux. De 12 à 34 ans, les taux de vaccination sont intéressants, mais insuffisants." À savoir, en première dose: 56% pour les 12-17 ans, 70% pour les 18-24 ans, 68% pour les 25-34 ans.

Seize centres maintenus

De la quarantaine de centres de vaccination fixes actifs durant la campagne, la Wallonie en prolonge seize, qui tourneront jusqu'à la fin octobre.

"En ce qui concerne la protection des plus faibles, nous sommes dans le bon. Par contre, si l'on s'intéresse à la circulation du virus, nous n'y sommes pas encore. Pour ce faire, nous devons augmenter le taux de vaccination des plus jeunes, eux qui ont le plus de contacts sociaux."
Lambert Stamatakis
Délégué général Covid-19 pour la Wallonie

"Avec ou sans rendez-vous, deux jours par semaine, détaille Christie Morreale. Idéalement le vendredi et le samedi, de 9h30 à 19h30."

Centres auxquels s'ajoutent sept nouvelles antennes: trois fixes posées sur les campus de Liège, Louvain-la-Neuve et Namur, qui resteront actives durant une semaine. Et quatre bus louvoyant entre les hautes écoles et universités des régions de Mons, du centre, de Charleroi, du Luxembourg et de Verviers. Sans oublier les communes présentant une couverture vaccinale plus faible ou ayant été touchées par les inondations. Autant de renseignements disponibles sur le site jemevaccine.be.

Troisième dose jusqu'à la mi-octobre

"Le rôle joué par les médecins généralistes sera également amplifié", poursuit Christie Morreale. Afin de se procurer les vaccins, ceux-ci pourront se rendre directement dans les centres ou dans un certain nombre de pharmacies jouant les dépôts. "L'idée est qu'ils doivent parcourir moins de vingt kilomètres. Sauf dans le Luxembourg, où nous avons prévu un autre dispositif reposant sur des bus."

Septembre rime également avec le lancement de l'administration d'une troisième dose aux personnes immunodéprimées: environ 50.000 personnes en milieu hospitalier et quelque 100.000 autres via les médecins généralistes et les centres de vaccination. "Ce processus devrait se dérouler jusqu'à la mi-octobre", estime Lambert Stamatakis.

150.000
Personnes immunodéprimées en Wallonie
L'administration d'une troisième dose en Wallonie débutera en septembre. La cible: les quelque 150.000 personnes immunodéprimées.

Comme pour la définition des personnes prioritaires durant la campagne, ce ciblage s'effectuera grâce aux généralistes et aux mutualités. "Pour ce faire, un accord de coopération doit être signé d’ici au 7 septembre."

Dans les écoles et les entreprises

Tout comme à Bruxelles, la volonté wallonne est de rapprocher encore la vaccination des citoyens. Cela passera donc aussi par les entreprises et les écoles secondaires, pour lesquelles un travail de concertation est en cours. "En tant que pouvoirs publics, nous devons montrer l'exemple, insiste Christie Morreale. C'est pourquoi des actions prendront également place dans les services publics."

Enfin, une nouvelle campagne de sensibilisation à destination des jeunes devrait être lancée dès cette semaine.

Le résumé

  • Une partie des centres de vaccination wallons ferment leurs portes. Sur 41 centres fixes, il en subsistera 16 durant les mois de septembre et d'octobre.
  • Un dispositif renforcé par des antennes sur les campus et des équipes mobiles ciblant hautes écoles, communes à faible taux de vaccination et entités touchées par les inondations.
  • Pour la fin octobre, la Wallonie entend avoir injecté une troisième dose à quelque 150.000 personnes considérées comme immunodéprimées.
  • La concertation est lancée pour faire entrer la vaccination dans les entreprises et les écoles secondaires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité