Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Comment financer le lancement de votre activité d'indépendant?

Afin que l’argent ne soit pas un obstacle, découvrez un aperçu des différentes solutions de financement possibles et des aides disponibles.
©Shutterstock

Le refrain est connu: pour gagner de l'argent, il faut en dépenser. Sauf que pour en investir, il n'est pas toujours évident de compter uniquement sur ses fonds propres.

Toutefois, une partie de vos économies et/ou de votre patrimoine devront, en principe, financer vos investissements et servir, selon les cas, de garantie pour ceux qui consentiraient éventuellement à participer au financement de votre projet. Ils correspondent en quelque sorte à votre solvabilité et sont indispensables à l'obtention de crédits bancaires.

Les fameux "3F"

Cependant, avant de solliciter un prêt auprès d'une banque, voyez s'il n'est pas d'abord possible d'obtenir un peu d'aide auprès de vos proches, les fameux 3F (pour Family, Friends and Fans/Fools).

Vous pouvez éventuellement signer avec eux un accord de prêt à l'amiable ou même leur proposer – pour les plus frileux – la réalisation d'un prêt "Coup de pouce".

Ce dispositif permet aux particuliers de prêter de l'argent aux indépendants en Wallonie à un taux avantageux de 1 à 2%, tout en bénéficiant d'un avantage fiscal sous la forme d'un crédit d'impôt (de 4% lors des quatre premières années et de 2,5% ensuite).

Crédit bancaire

Solliciter un prêt auprès d'une banque est la voie la plus évidente pour obtenir un financement. Mais ce n'est pas toujours la plus simple: de nombreux dossiers sont refusés, car les demandes sont rarement bien préparées.

Pour vous aider dans cette démarche, rendez-vous sur Ready4Credit. Cette application, développée par le SPF Economie, permet d'évaluer la manière dont une institution financière apprécierait votre demande de crédit.

L'obtention d'un prêt bancaire a l'avantage de vous permettre de rester seul maître à bord dans la gestion de votre activité.

Comme pour un crédit hypothécaire, n'hésitez jamais à mettre en concurrence plusieurs institutions bancaires. Comme le rappelle Partena, certaines sont spécialisées dans les indépendants et seront peut-être plus disposées à vous aider.

Notez que l'obtention d'un prêt bancaire a l'avantage de vous permettre de rester seul maître à bord dans la gestion de votre activité. Ce qui ne sera pas forcément le cas avec d'autres sources extérieures de financement.

Fonds de tiers

Si votre activité requiert des fonds élevés, il faudra probablement vous mettre en quête d'investisseurs (en échange parfois d'actions ou de parts dans votre société, ce qui fait que vous ne serez plus seul aux commandes de l'entreprise et dans les choix stratégiques à opérer).

Ces investisseurs externes peuvent être des fonds de capital-risque privés ou publics, ainsi que des business angels (ou investisseurs providentiels). Il est également possible de solliciter un financement (tout en gardant de l'autonomie en matière de prise de décision) via l'organisation d'un crowdfunding ou d'un crowdlending.

Aides publiques

Mais avant de franchir de telles étapes, prenez la peine de consulter les aides régionales. Finance&Invest.brussels, par exemple, met à disposition des indépendants plusieurs produits de financement.

D'ailleurs, pour dégoter toutes les aides disponibles à Bruxelles, rendez-vous auprès de l'Agence Bruxelloise pour l'Accompagnement de l'Entreprise. Les aides et les subsides de cette Région sont aussi disponibles via la plateforme 1819.

Le coup de pouce Airbag se destine à ceux qui craignent de ne pas avoir de rentrées financières suffisantes au début. Il permet d’obtenir jusqu'à 12.500 euros, versés en quatre fois, sur une période de deux ans.

Côté wallon, naviguez sur les plateformes 1890, Midas (Aides aux entreprises en Wallonie) ainsi que sur celle de la Sowalfin pour trouver ce type d'informations.

Enfin, notez qu'il existe le coup de pouce Airbag pour ceux qui veulent se lancer, mais qui craignent de ne pas avoir de rentrées financières suffisantes au début. Concrètement, ce dispositif permet d’obtenir un montant de maximum 12.500 euros, versés en quatre fois, sur une période de deux ans.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés