Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

D’indépendant complémentaire à principal

Devenir son propre patron (à temps plein), ça ne s'improvise pas! Même pour ceux qui exercent déjà une activité d'indépendant en plus d'un job salarié.
Calculez combien d’heures par jour vous devrez prester en qualité d’indépendant à titre principal pour préserver le même revenu net. ©Shutterstock

D’après les dernières statistiques disponibles de l'Institut national d'assurances sociales pour travailleurs indépendants (Inasti), la Belgique compte parmi ses rangs environ 281.210 indépendants à titre complémentaire. Mais suite à la pandémie de coronavirus, il y a de fortes chances qu’une partie d’entre eux décident de devenir très prochainement indépendants à titre principal. Soit parce qu’ils viennent de perdre leur job, soit parce que cette crise a été un déclencheur pour changer de vie en vivant enfin de leur passion à temps plein.  

Si vous êtes dans ce cas, avant de vous lancer, prenez d’abord la peine de vérifier – notamment avec l’assistance de votre comptable et/ou de votre banquier – si un tel basculement est réaliste sur le plan financier. En pratique, les experts de Securex conseillent de dresser un bilan de vos dépenses et de vos revenus actuels, en tenant compte de votre pécule de vacances, de la prime de fin d’année et de vos avantages extra-légaux dans votre calcul.

"Calculez ensuite combien d’heures par jour vous devrez prester en qualité d’indépendant à titre principal pour préserver le même revenu net. Ou combien de produits vous devrez vendre à combien de clients." Évaluez ensuite si le résultat correspond à vos attentes et s'il vous permettra de garder un train de vie plus ou moins équivalent. De plus, ne perdez pas de vue que les jours où vous prendrez des vacances sont généralement des jours – en fonction de votre activité – qui ne rapportent rien. Il faut aussi en tenir compte dans la balance.  

Avant de vous lancer, vérifiez d'abord si un tel basculement est réaliste sur le plan financier.
Securex

Si votre plan financier semble tenir la route et que vous êtes prêt à vous lancer pour devenir votre propre patron à temps plein, il y a d’abord quelques formalités à remplir: signalez à votre caisse d’assurances sociales votre changement de statut (par exemple en leur indiquant que vous avez mis fin à votre activité en tant que salarié ou que vous l’avez diminué de moins d’un mi-temps). Au plus tôt vous la prévenez, au plus tôt celle-ci pourra implémenter les modifications dans votre dossier (pour vous garantir vos droits sociaux) et recalculer vos nouvelles cotisations sociales.

Cotisations sociales

Au début de son activité, un indépendant à titre principal paie des cotisations provisoires forfaitaires. Actuellement ce montant s’élève à 747,66 euros par trimestre (et il augmentera ensuite en fonction des revenus de l’indépendant).

Cependant, si vous avez déjà travaillé comme indépendant complémentaire pendant au moins trois années calendrier complètes, alors vos cotisations provisoires continueront d’être calculées sur votre revenu perçu pendant ces trois dernières années. "Elles seront ensuite régularisées sur la base de vos revenus de l’année en cours", d’après Liantis. Si vous les estimez insuffisantes, vous pouvez évidemment payer une cotisation provisoire plus élevée.

Droits sociaux

Payer des cotisations sociales en tant qu’indépendant à titre principal vous permet de bénéficier de droits sociaux comme les soins de santé, des indemnités d’incapacité de travail, des allocations familiales et une pension.

Attention, vous ne bénéficiez désormais plus de votre couverture sociale de salarié et la couverture de l’indépendant est plus réduite. Vous avez donc tout intérêt à prendre des mesures pour vous assurer une bonne protection. Par exemple, en souscrivant une assurance revenu garanti pour protéger vos revenus en cas d’accident ou de maladie. Évaluez aussi votre pension légale et envisagez des formules pour la compléter.  

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés