Ecolo ne veut pas d'un gouvernement avec le MR s'il "reste la marionnette de la N-VA"

©BELGA

Charles Michel a dénoncé le "flou" d'Ecolo, tandis que Jean-Marc Nollet lui a reproché d'être la marionnette de la N-VA lors d'un débat télévisé tendu ce vendredi.

Le Premier ministre démissionnaire, Charles Michel, a dénoncé ce vendredi soir le "flou" que contient selon lui le programme électoral d'Ecolo en vue des scrutins du 26 mai, alors que le co-président des Verts, Jean-Marc Nollet, lui a reproché, lors d'un débat télévisé tendu, d'avoir été durant quatre ans "la marionnette de la N-VA".

Élections 2019

Le 26 mai, la Belgique se rend aux urnes pour renouveller les parlements régionaux, fédéraux et européens. Comment va se dérouler le duel PS/N-VA? Les écologistes vont-ils intégrer le gouvernement bruxellois? Les europhobes feront-ils une poussée au Parlement européen? Notre dossier >

"Si le MR reste la marionnette de la N-VA, c'est non" pour gouverner avec lui lors de la prochaine législature, a affirmé Nollet. Le député écologiste a rappelé au chef du gouvernement fédéral que leurs deux formations avaient déjà gouverné ensemble, de 1999 à 2003, lors d'une coalition arc-en-ciel rassemblant les libéraux francophones et néerlandophones, les socialistes et les Verts.

"J'assume pleinement ce que ce gouvernement a fait" pendant quatre ans, a affirmé Michel, en énumérant les "réformes courageuses" entreprises et qui ont conduit, selon lui, à la création de 230.000 emplois, une hausse des investissements, une division par trois du déficit budgétaire et la mise sur pied d'un pacte d'investissements de 150 milliards d'euros à l'horizon 2030.

Elections | Comparez les programmes

L'Echo a épluché et comparé pour vous le programme des huit principaux partis francophones pour que vous n'ayez pas à le faire. Voici l'essentiel, en 100 questions.

Nollet l'a attaqué sur le bilan de son gouvernement en matière climatique, évoquant le fait que la Belgique n'avait pas rejoint le groupe des pays les plus ambitieux, mais était restée au contraire parmi "les plus rétrogrades". Ce que le Premier ministre a contesté, en rappelant que huit pays européens (France, Belgique, Danemark, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Espagne et Suède) avaient lancé début mai à Sibiu (Roumanie) un appel pour exhorter l'UE à respecter l'objectif "d'atteindre zéro émission de gaz à effet de serre net d'ici 2050 au plus tard" et à "rediriger les flux financiers, à la fois publics et privés, vers l'action climatique".

Lire également

Publicité
Publicité