La prolongation du nucléaire profiterait d'abord à Electrabel

©Stefaan Temmerman

Ce que montre le chiffrage par le Bureau du plan des propositions des différents partis en matière d’énergie? La prolongation du nucléaire bénéficierait d’abord aux propriétaires des centrales.

Quatre partis, seulement, ont demandé au Bureau du plan de chiffrer leurs propositions concernant la production d’électricité en 2030. Trois d’entre eux, la N-VA, le PP et le Vlaams Belang, souhaitent prolonger une partie des réacteurs au-delà de 2025. La N-VA prône la prolongation de deux réacteurs de 1.000 MW. Le Vlaams Belang veut en prolonger trois, et le Parti Populaire quatre.

Surcapacité ou pénuries

Prolonger deux réacteurs rapporterait 941,7 millions aux propriétaires des centrales nucléaires.

La proposition du PP, qui s’ajoute au développement des renouvelables et des centrales au gaz prévu dans le scénario de référence, conduit à une surcapacité de production: la Belgique devient même exportatrice d’électricité, souligne le Bureau du plan. Celle du Vlaams Belang par contre, qui veut parallèlement à la prolongation du nucléaire investir davantage dans le photovoltaïque mais bannir les centrales au gaz, double le risque de pénurie d’électricité, faute de suffisamment de capacités de production pilotables.

La proposition de la N-VA, qui est d’utiliser les deux réacteurs prolongés pour remplacer une capacité de 2.000 MW de centrales au gaz, est plus équilibrée du point de vue de la sécurité d’approvisionnement, écrit le Bureau du plan: comme dans le scénario de référence, il y a statistiquement trois heures par an durant lesquelles l’offre d’électricité risque de ne pas couvrir la demande. Quant à Groen, qui ne remet pas en cause la sortie du nucléaire en 2025 mais qui opte pour davantage de renouvelables que prévu dans le scénario de référence, qu’il s’agisse du photovoltaïque ou de l’éolien, sur terre comme en mer, il améliore légèrement la situation en matière de sécurité d’approvisionnement.

©Mediafin

Les gagnants et les perdants

Mais le plus intéressant, dans l’exercice de chiffrage réalisé par le Bureau du plan, c’est de voir qui sont les gagnants et les perdants. En cas de prolongation du nucléaire, les propriétaires des centrales nucléaires, c’est-à-dire principalement Electrabel et dans une moindre mesure EDF Luminus, sont sans conteste les grands gagnants: leur "surplus" atteint 941,7 millions d’euros par an si l’on suit la proposition de la N-VA (voir le graphique ci-dessus). Il grimpe même jusqu’à 1,8 milliard d’euros si l’on suit le PP. Même s’il faut déduire de ces revenus supplémentaires les investissements nécessaires à la prolongation et les coûts fixes liés aux réacteurs, la tendance est claire.

La proposition de Groen profite, elle, largement aux producteurs éoliens et solaires.

La proposition de Groen profite, elle, largement aux producteurs éoliens et solaires: leur "surplus" atteint 722 millions par an. Les centrales au gaz sont par contre perdantes à tous les coups par rapport au scénario de référence, qui mise davantage sur ce type de production dans les années qui suivent la sortie du nucléaire.

Quant au consommateur, qu’il soit particulier ou entreprise, il est gagnant avec toutes les propositions, sauf celle du VB, mais dans des proportions plus réduites que les producteurs nucléaires. Les propositions de Groen, de la N-VA et du PP conduisent en effet à une diminution du coût marginal du système (à savoir, le coût de production de la dernière centrale nécessaire pour couvrir la demande totale d’électricité; un paramètre important, puisque ce sont les coûts variables de cette centrale qui déterminent le prix de vente de l’électricité à ce moment). Ces trois propositions conduisent dès lors, dans des proportions variables, à une augmentation du "surplus" du consommateur – il paie en effet moins cher son électricité. Le surplus du consommateur atteint 77,3 millions d’euros par an avec Groen, 42,7 millions avec la N-VA, et 278 millions avec le PP.

Moins d’émissions de CO2

Dernier enseignement de l’exercice de chiffrage réalisé par le Bureau du plan: toutes les propositions chiffrées donnent de meilleurs résultats en matière d’émissions de CO2 par rapport au scénario de référence: les émissions du secteur électrique en Belgique diminuent de 44,8% avec la proposition de la N-VA, et de 9,3% avec la proposition de Groen.

Lire également

Publicité
Publicité