analyse

A qui profite l'#Ecologate?

La coprésidente d'Ecolo Zakia Khattabi a dû mettre les points sur les i: "Nous avons toujours critiqué et dénoncé ce genre de pratique électorale chez les autres. Elles ne sont pas plus acceptables quand elles viennent des nôtres, même une seule fois c'est une de trop." ©Brecht Van Maele

Entre Ecolo et le MR, il y a un électorat flottant important que chacun tente d'attirer. L'affaire du tract électoral distribué par les Verts à Laeken pourrait avoir de lourdes répercussions dans les urnes.

Ce n'était pas le moment... Vraiment pas. Dans le sprint final avant les élections, dans les quinze derniers jours, il ne faut surtout pas commettre d'erreurs. Et jusqu'ici, ça roulait nickel pour Ecolo, star de sondages. Pour les autres, c'était plus animé. Rappelez-vous...

Mais ça a capoté hier pour les Verts. Quand le tract distribué à Laeken a tout secoué. En bref, ce prospectus souligne la position des Verts (et des autres partis) à propos de l'abattage rituel, du port du foulard islamique pour le personnel des guichets des administrations, etc.

Depuis, le parti est ciblé de toutes parts, comme en témoignent les nombreuses réactions que nous avons relevées (à lire dans cet article). La direction même d'Ecolo s'est désolidarisée du contenu du tract, et a demandé son retrait. Bref, l'affaire fait tache.

Mais quelles seront les répercussions dans la tête des électeurs, le dimanche 26 mai? Impossible bien sûr à quantifier, mais à dix jours des élections, c'est clair que ça tombe vraiment mal, comme l'explique le politologue Pascal Delwit. "Dans cette histoire, Ecolo n'est gagnant sur aucun plan", estime-t-il. "Les verts voulaient conquérir davantage d'électeurs au nord-ouest de Bruxelles, surtout face au PS. Mais je ne crois pas qu'ils vont gagner cette bataille-là. Et au sud-est de Bruxelles, face à Défi et au MR, je ne vois non plus aucun bénéfice pour Ecolo. Ni dans le Brabant wallon ni en Hainaut occidental ni à Liège..." 

Elections | Comparez les programmes

L'Echo a épluché et comparé pour vous le programme des huit principaux partis francophones pour que vous n'ayez pas à le faire. Voici l'essentiel, en 100 questions.

Stratégiquement, cette affaire bénéficierait plutôt, en termes de voix potentielles, au MR, qui mène une campagne assez rude face à Ecolo. "L'affaire du tract touche à la question: 'Ecolo est-il si libéral que ça sur les questions de société?' Et cela permet aux libéraux d'inquiéter l'électorat à propos du positionnement fiscal et social d'Ecolo." Les libéraux n'ont pas eu une campagne facile, notamment parce que, en tant que seul parti francophone au fédéral, leur bilan a été attaqué par tous les autres partis. "Or le MR essaie justement de rebondir pour récupérer le segment qui hésite entre lui et Ecolo. Quelques centaines de voix peuvent faire la différence en terme de siège et peuvent jouer dans la capacité de constituer une majorité...."

Un autre type d'électeur qui pourrait avoir été surpris par le contenu du tract et changer ses choix, c'est la frange très sensible au bien-être animal. "Les voix peuvent alors revenir au nouveau parti DierAnimal", glisse Pascal Delwit.

Quel impact?

Les chiffres montrent qu'entre 30 et 40% des votants cristallisent leur choix dans les quinze derniers jours avant le scrutin. Pas qu'ils soient encore prêts à voter pour n'importe quel parti, mais "ils hésitent encore souvent entre deux formations", explique le politologue.

"Dans cette histoire, Ecolo n'est gagnant sur aucun plan", estime Pascal Delwit, politologue. ©debby termonia

Le problème, dans ce cas-ci, c'est que certains électeurs favorables à Ecolo peuvent avoir été totalement surpris par la démarche et le positionnement. "Ecolo reste pour beaucoup le parti de la protection de l'environnement. Certains découvrent maintenant qu'Ecolo n'est pas que cela. On touche ici à l'imaginaire..."

Élections 2019

Le 26 mai, la Belgique se rend aux urnes pour renouveller les parlements régionaux, fédéraux et européens. Comment va se dérouler le duel PS/N-VA? Les écologistes vont-ils intégrer le gouvernement bruxellois? Les europhobes feront-ils une poussée au Parlement européen? Notre dossier >

L'emballement suscité par ce tract a aussi détourné l'attention de ce qui était jusqu'ici à l'agenda des partis: la thématique socio-économique et le réchauffement climatique. Désormais, les autres partis se sentent tenus de rappeler leur positionnement sur le bien-être animal, le cours de citoyenneté... "Mais peut-être que cette nouvelle orientation sera brève", s'interroge Pascal Delwit. À voir si une autre formation va commettre un (nouveau) faux pas. "Aujourd'hui, chaque parole peut susciter un emballement, les réseaux sociaux amplifient le phénomène. Et personne n'est à l'abri", rappelle le professeur de l'ULB.

À voir aussi comment le parti Ecolo va gérer le lendemain de la veille...

Lire également

Publicité
Publicité