Di Rupo: "Patrons, transférez 5% de vos bénéfices pour le climat"

©BELGA

Elio Di Rupo a lancé un appel aux chefs d'entreprise signataires de "Sign for my future" ce lundi. Il leur propose de transférer 5% de leurs bénéfices dans un fonds privé-public pour le climat, ce qui rapporterait selon lui 350 millions chaque année.

Le président du PS Elio Di Rupo a appelé, ce lundi dans Le Soir, les chefs d'entreprises signataires de la pétition "Sign for my future" à verser 5% de leurs bénéfices dans un fonds privé-public pour le climat. "Je pense que ce faisant, (ces patrons) montreraient qu'ils ont adhéré à cette opération pas uniquement pour se donner bonne conscience mais parce qu'il y a une prise en considération concrète de la crise climatique, et qu'ils veulent aider à trouver les investissements dont on a besoin. A côté, bien sûr, les autorités publiques devront aussi intensifier leur engagement financier", expose Di Rupo.

1,7
milliard
L'effort de 5% sur les bénéfices demandé par Elio Di Rupo permettrait d'engranger, selon lui, 1,7 milliard au bout de cinq ans pour un fonds pour le climat.

Il calcule que cet effort "très modéré" de 5% - sur sept milliards de bénéfices après impôts pour une soixantaine d'entreprises - permettrait d'engranger quelque 350 millions dans ce fonds pour la transition climatique, soit 1,7 milliard au bout de cinq ans. La démarche étant volontaire, le président des socialistes francophones la qualifie d'incitative et sociale, non punitive.

"On a déjà trop eu les écotaxes et toutes ces choses, ça ne change pas le comportement des gens, ça n’apporte rien, il faut un grand programme politique sur dix ans: remplacer le nucléaire, énergies renouvelables, tout cela en veillant à ce que le prix de l’énergie soit abordable pour les gens. Il faut toujours garder à l’esprit la dimension sociale. Pourquoi pas une banque publique, comme le dit le PTB ? Nous étudions aussi cette idée. J’y vois des difficultés. Il faut aller sur les marchés, il y aura des besoins de capitalisation… Je préfère parler d’un fonds alimenté par le privé et par le public, qui s’épuise au fur et à mesure que l’on emprunte des moyens financiers pour la transition énergétique", a également indiqué Di Rupo.

Parmi les entreprises signataires de "Sign for my future", on retrouve notamment Colruyt, Umicore, Danone, Pairi Daiza, Proximus, Delhaize, Luminus, Sodexo, Rossel, etc.

Lire également

Publicité
Publicité