Ecolo ciblé de toutes parts après le tract polémique

©BELGA

Un tract distribué par Ecolo sur le marché de Laeken fait polémique. Les Verts sont accusés de pratiquer le communautarisme pour attirer le vote musulman.

Après la polémique sur l'âge de la retraite, qui met la N-VA en grosse difficulté, voici un autre fait de campagne qui risque de laisser des traces au moment de glisser son bulletin dans l'urne le 26 mai prochain. Il concerne Ecolo et ses relations ambiguës avec la religion musulmane.

Tout a commencé au marché de Laeken mercredi matin avec la distribution d'un tract électoral signé par Zoé Genot, députée bruxelloise et poids lourd du parti. Épinglé dans un premier temps sur Twitter par le polémiste Michel Henrion (RTL-TVi), le tract traite d’un seul thème, celui des "positions des partis concernant les libertés de culte à Bruxelles".

Ecolo y compare la position de chaque parti sur des sujets comme "le port du foulard islamique aux guichets des administrations", "le libre choix des jours de congé par les parents d'élèves en fonction de leurs convictions", "le maintien de l'heure de cours de religion ou de morale", ainsi que "le port du foulard à l'école par les élèves". À chaque question et pour chaque parti, la réponse est oui ou non. Or à toutes ces questions, Ecolo répond par "oui", souvent rejoint par le PTB.

Dans la soirée, Zoé Genot a affiché sa désolation sur Facebook et a dit avoir agi de la sorte pour rassurer des personnes sur les marchés "désinformées par des socialistes inquiets". La candidate écologiste leur reproche d'avoir appelé des citoyens à ne pas voter Ecolo car "ils sont contre le foulard, contre le hallal". C'est cet état de fait qui a motivé l'élue à distribuer une information en provenance des sites internet de la Libre et de la RTBF, comparant les programmes.

"Le communautarisme, c'est adapter son discours en fonction du public", dénonce-t-elle a contrario. Elle dit assumer toutes ses positions, que ce soit la reconnaissance du génocide arménien, l'adoption homosexuelle. Aujourd'hui, Zoé Genot regrette "vraiment que ceux qui veulent affaiblir Ecolo et le nécessaire changement écologique, social et éthique aient eu à cause" d'elle "une nouvelle munition".

Tir groupé des autres partis

Les réactions des autres partis n'ont en effet pas tardé, accusant Ecolo de communautarisme et de jouer le jeu du prosélytisme religieux.

"Autoriser le foulard dans les écoles, c’est l’inverse du message constructif que nous devons tous promouvoir et partager pour un vivre ensemble."
Georges Dallemagne

Pour Georges-Louis Bouchez, porte-parole de la campagne du MR, "Ecolo sombre dans le communautarisme le plus primaire, même au prix de valeurs importantes comme celle du bien-être animal". Il note aussi "une contradiction entre Ecolo Bruxelles qui se dit favorable à l'abattage sans étourdissement et Ecolo Wallonie qui vient de voter son interdiction". Il invite Ecolo à "sortir de l'ambiguïté" et "à faire preuve de plus d'honnêteté". Bouchez déplore ce qu'il appelle "un flagrant délit de double discours" de la part d'un parti qui se veut "moderne et progressiste à Woluwé, à Uccle et dans le Brabant wallon, mais qui porte des idées radicalement opposées à Laeken et à Saint-Josse".

Sur Facebook, Emmanuel de Bock, 5e sur la liste Défi, n'en revient toujours pas: "J’hallucine. Les pratiques incroyables de racolage communautaire d'Ecolo qui écume certains quartiers avec ce tract? Dites-moi que je rêve!"

Georges Dallemagne, tête de liste cdH à la Chambre pour Bruxelles, ne dit pas autre chose. "Ce tract est hallucinant, c’est franchement scandaleux et insensé de draguer ainsi la communauté musulmane en favorisant le repli sur soi et le communautarisme." "Autoriser le foulard dans les écoles, c’est l’inverse du message constructif que nous devons tous promouvoir et partager pour un vivre ensemble."

Ahmed El Khannouss, député bruxellois cdH, tient sur Facebook un discours sensiblement différent de son chef de file, regrettant une tentative d'Ecolo de jeter le discrédit sur le cdH: "Par rapport à la question de l'abattage rituel, cela fait 4 ans que je m'investis pleinement au sein de la commission de l'environnement avec plusieurs collègues pour empêcher que des propositions d'ordonnance interdisant l'abattage rituel sans étourdissement déposées par le MR, la N-VA et les écolos flamands ne soient votées. Pourtant, assez bizarrement, jamais un(e) député(e) écolo ne s'est prononcé contre! Pour ce qui est des signes convictionnels, les trois communes bruxelloises dirigées par Ecolo: Ixelles, Watermael-Boitsfort et Forest... le foulard y est interdit!" 

Gestion de crise chez Ecolo 

Entre-temps, Ecolo tente de circonscrire l'incendie. Le parti a fait stopper la diffusion du tract tandis qu'Alain Maron, candidat Ecolo à Bruxelles, a réagi sur Twitter, en précisant que "ce tract n'a pas été avalisé par Ecolo BXL avant sa diffusion et ne l'aurait pas été".

La coprésidente d'Ecolo Zakia Khattabi a, pour sa part, tenu à mettre les points sur les i: "Nous avons toujours critiqué et dénoncé ce genre de pratique électorale chez les autres. Elles ne sont pas plus acceptables quand elles viennent des nôtres, même une seule fois c'est une de trop."

Certains écolos accusent le PS. En éditant ce tract, Ecolo aurait voulu contrer une campagne de désinformation orchestrée par le PS, selon certains sources. "Depuis deux semaines, certains militants socialistes vont dire dans les marchés que les verts sont "contre les musulmans, contre le voile, contre le halal", ce tract compile donc des positions officielles et publiques d’Ecolo pour démentir cette intox", entend-on chez les verts.  

Enfin, l'ancienne figure de proue d'Ecolo Marie Nagy a tenu à rappeler qu'elle avait été exclue du parti en 2016 suite à la publication dans un journal d'une carte blanche où elle dénonçait les dérives communautaristes et les renoncements aux principes de la laïcité chez Ecolo.

Élections 2019

Le 26 mai, la Belgique se rend aux urnes pour renouveller les parlements régionaux, fédéraux et européens. Suivez la campagne pas à pas dans notre dossier >

 

Lire également

Publicité
Publicité