analyse

Repousser le départ à la retraite? "On se trompe de problème!"

Jean Hindriks explique qu'il y a derrière le problème du financement des pensions un double effet boule de neige. ©Emy Elleboog

Faut-il encore repousser l'âge de départ à la pension, comme le propose Bart De Wever? Non, faux débat. Il faut plutôt allonger la carrière effective, en aménageant les dernières années de travail, explique l'économiste Jean Hindriks.

C'est la carrière effective qui n'est pas assez longue. Si elle est de 33 ans, et que vous vivez encore 33 ans, cela signifie qu'une année de travail finance une année de pension, un modèle intenable!
Jean Hindriks
Ecolo

"Si l'espérance de vie augmente, l'âge légal de la pension devra aussi augmenter." Cette petite phrase, arrachée à Bart De Wever par John Crombez, président de la s.pa, lors d'un débat télévisé mardi soir, pourrait sembler frappée d'évidence, même si elle ne plaît pas à grand monde. Le président de la N-VA plaide pour un âge légal de pension qui serait retardé par mois, plutôt que par année complète et le programme de son parti fait bien mention d'un nouveau report du départ de l'âge à la retraite.

Il est clair qu'en Belgique, le problème représenté par le financement des pensions est crucial. Mais ce genre de mesure ne résoudrait rien, explique l'économiste de l'UCL Jean Hindriks. Pourquoi? "Il y a un double effet boule de neige. Les dépenses de pension ont augmenté de 15 milliards en 10 ans et trois quarts de cette hausse, 11 milliards, sont imputables à une hausse des pensions. Seul un quart est dû à une hausse du nombre de retraités. De plus, cette hausse des dépenses évolue à un rythme deux fois plus rapide que les cotisations."

Or, les mesures déjà prises par le gouvernement Michel prévoient que l'âge légal de la retraite passe à 66 ans en 2025 et 67 ans en 2030. Des mesures à moyen-long terme donc. "Mais il faut revenir dans le temps présent, ici et maintenant", s'insurge Jean Hindriks, qui est aussi membre du Conseil académique des pensions. Or, le problème réel ne porte pas sur l'âge de départ à la retraite, ils sont nombreux à le dire. "C'est la carrière effective qui n'est pas assez longue. Si elle est de 33 ans, et que vous vivez encore 33 ans, cela signifie qu'une année de travail finance une année de pension, un modèle intenable!" Autre problème pointé par l'économiste, le fait que notre système soit basé sur une société type du XXe siècle, sans tenir compte des divorces, recompositions familiales, changements réguliers d'employeurs...

Élections 2019

Le 26 mai, la Belgique se rend aux urnes pour renouveller les parlements régionaux, fédéraux et européens. Comment va se dérouler le duel PS / N-VA? Les écologistes vont-ils intégrer le gouvernement bruxellois? Les europhobes feront-ils une poussée au Parlement européen? Notre dossier >

Autre manquement à combler en urgence, "c'est que les gens arrivent à 60 ans et auraient besoin de formules adaptées pour poursuivre leur carrière. Mais ça n'existe pas! Le vrai débat, c'est cette réorganisation de fin de carrière. L'âge légal, ce sont des chimères."

Bref, économiquement parlant, la réforme du gouvernement Michel et les propositions de la N-VA n'apportent rien, c'est "de la rhétorique politique", regrette l'économiste, qui constate qu'aucun parti ne pose le problème de façon a susciter les réponses adaptées. "Le pire ennemi pour nos pensions, c'est l'insécurité politique! On est dans une polarisation extrême, or on n'a pas besoin d'opposer la gauche et la droite dans ce dossier."

Elections | Comparez les programmes

L'Echo a épluché et comparé pour vous le programme des huit principaux partis francophones pour que vous n'ayez pas à le faire. Voici l'essentiel, en 100 questions.



Lire également

Publicité
Publicité