Réunion de crise au MR sur fond de sondages négatifs

©AFP

Charles Michel réunit ses troupes à un mois des élections alors que le MR est désormais pointé comme troisième force politique francophone. Parfum de crise chez les libéraux.

Soyons de bon compte, ce n’est pas encore le football panique chez les réformateurs. Mais certains qualifient tout de même de "réunion de crise" le bureau politique qui a été convoqué ce vendredi à 15h30. "C’est exceptionnel", confirme un libéral qui y voit naturellement une suite des mauvais sondages publiés en début de semaine par La Libre et la RTBF. Le MR s’y installe comme troisième force politique, derrière le PS et Ecolo, tant en Wallonie qu’à Bruxelles, avec des scores respectifs de 18,3% et de 15,5%. Très préoccupant même si en interne, on veut se convaincre que les résultats des urnes viendront démentir les plus de 7,5% perdus à l’occasion de ce sondage. "Cela a certainement précipité les choses", confie un autre libéral parlant d’une réunion stratégique convoquée vendredi. Traditionnellement, le bureau politique se tient le lundi.

Qui a fait mieux? Di Rupo ou Michel?

Le gouvernement Michel a-t-il fait mieux que le gouvernement Di Rupo? A un mois des élections, L'Echo vous propose de comparer vous-même l’impact du gouvernement sortant sur base de cinq indicateurs.

> Faites le test <

Cibler Ecolo

Le personnel libéral est mis à contribution pour dynamiser la campagne. La sortie de Charles Michel sur la fiscalité et le pouvoir d’achat est bien perçue. "C’est une contre-attaque", entend-on, une belle entrée du patron dans la campagne. Même si d’aucuns craignent que le Bureau du plan, qui doit communiquer ce vendredi sur l’impact budgétaire des mesures principales des partis, ne vienne doucher l’enthousiasme des 1.000 euros annuels que le MR vient de promettre de rendre aux contribuables.

"Les sondages ont précipité cette réunion stratégique."
Un libéral

La stratégie libérale sera de marteler sa différence sur l’enseignement que le parti tente d’imposer comme thème de campagne, mais aussi sur la réduction du précompte immobilier, autre mesure phare du programme MR. Charles Michel réunit ses troupes pour s’assurer que les militants fassent passer clairement le message autour d’idées simples à communiquer.

La cible est identifiée: Ecolo qui séduit les classes moyennes au détriment du MR sans trop se mouiller dans la campagne. Les bleus vont tenter de trouver un nouvel angle d’attaque. "On ne va pas tenir encore pendant un mois en se contentant de dire qu’Ecolo va taxer et retaxer", analyse-on en interne. Bref, à un mois des élections, le MR va tenter de redresser la barre et de récupérer au moins une partie de ces classes moyennes qui semblent le bouder.

Il s’agira aussi, peut-être, de rationaliser les instruments de campagne. A ce niveau, les visuels diffusés par la liste du MR pour la Région bruxelloise font jaser depuis plusieurs jours. Vincent De Wolf un vélo sur l’épaule, Geoffroy Coomans de Brachène posant à côté d’un petit arbre une pelle à la main ou une Clémentine Barzin assise entre un lapin de Pâques et une grande fleur pour vanter l’optimisme libéral font le bonheur des internautes moqueurs sur les réseaux sociaux. "Oui mais on fait le buzz, on parle de nous", confie un candidat. Allez, plus que quatre semaines.

Lire également

Publicité
Publicité