Reynders ouvre la porte à une suédoise avec le cdH

©BELGAIMAGE

Didier Reynders (MR) a redit sa préférence pour la reconduite d'une suédoise, mais avec un parti francophone supplémentaire, en l'occurrence le cdH de Maxime Prévot.

Le vice-Premier ministre MR Didier Reynders a confirmé vendredi, dans des interviews dans la presse flamande, la préférence de son parti pour "la poursuite d’un gouvernement de centre-droit". Mais de préférence, ajoute-t-il, avec un deuxième parti du côté francophone. "La condition est la même qu’en 2014: un gouvernement de réformes socio-économiques, donc pas de pourparlers sur l’institutionnel", affirme Reynders dans Het Laatste Nieuws et De Ochtend.

"Francken? Ce serait mieux que la N-VA cherche un autre département pour lui."
didier reynders
vice-premier ministre (mr)

À ses yeux, le MR peut continuer à collaborer avec la N-VA dans un exécutif de centre-droit, mais "ce fut très difficile d’être le seul parti francophone au gouvernement, ça a créé une impression de 'seuls contre tous'", reconnaît-il dans De Ochtend (VRT).

En 2014, le MR avait espéré voir le cdH monter avec lui au gouvernement fédéral, mais le président des centristes Benoît Lutgen avait décliné l’offre. Qui verrait-il au gouvernement cette fois-ci? "À part les extrêmes, je n’exclus personne, pour autant que nous puissions mettre en œuvre notre programme libéral", ajoute-t-il. L’Echo a interrogé le MR quant à savoir s’il refuserait de remonter seul dans un gouvernement. Le porte-parole de Charles Michel indique que Didier Reynders avait exprimé "une préférence". "Monter seul au Fédéral en 2014 n’était pas notre premier choix, mais nous avons pris nos responsabilités", ajoute-t-il.

Elections | Comparez les programmes

L'Echo a épluché et comparé pour vous le programme des huit principaux partis francophones pour que vous n'ayez pas à le faire. Voici l'essentiel, en 100 questions.

Francken

Le MR accepterait-il encore dans l’équipe Theo Francken (N-VA), que le Premier ministre Charles Michel a plusieurs fois dû rappeler à l’ordre? "Oui, mais ce serait mieux que la N-VA cherche un autre département pour lui", glisse Didier Reynders. Et le vice-Premier MR de porter le fer dans la plaie. "Nous n’avons pas eu de problèmes avec sa politique. Dans la crise de l’asile, la Belgique s’est comportée très correctement: jamais autant de réfugiés n’ont été reconnus que sous Francken, mais sa communication était exagérée."

La réponse de Theo Francken a fusé sur Twitter: "Tiens, depuis quand le Conseil de l’Europe est-il compétent à ce sujet?", a-t-il demandé. Car, alors que le chef de file des libéraux à Bruxelles mène depuis quelques jours une offensive médiatique en s’engageant pleinement dans la campagne, ses opposants lui reprochent de se présenter aux élections à la Chambre tout en briguant la direction du Conseil de l’Europe. 

Élections 2019

Le 26 mai, la Belgique se rend aux urnes pour renouveller les parlements régionaux, fédéraux et européens. Comment va se dérouler le duel PS / N-VA? Les écologistes vont-ils intégrer le gouvernement bruxellois? Les europhobes feront-ils une poussée au Parlement européen? Notre dossier >

Lire également

Publicité
Publicité