L'UWE écarte un gouvernement minoritaire

Olivier De Wasseige à un rendez-vous avec Rudi Vervoort en vue des négociations pour la formation d'une majorité en Wallonie ©BELGA

L’Union wallonne des entreprises n’entend pas rester au balcon des négociations politiques en Wallonie.

Sans jouer les formateurs même si elle a déjà dit tout le mal qu’elle pensait du PTB, l’Union wallonne des entreprises (UWE), par la voix de son directeur général Olivier De Wasseige, écarte l’idée d’un gouvernement minoritaire. "On ne peut pas vivre avec l’instabilité. La Wallonie a besoin d’un plan à long terme. Or, si sur une législature, on prend un risque plus important en étant en minorité, comment voulez-vous bâtir sur du long terme. On doit partir d’une majorité où un plan qui sera mis en place ne dépendra pas d’une ou deux voix."

"On ne peut pas vivre avec l’instabilité. La Wallonie a besoin d’un plan à long terme."

Observateur participatif de la vie politique en tant qu’organe de pression, l’organisation patronale va transmettre aux partis une série de recommandations qui pourraient aider la Wallonie à augmenter l’emploi salarié et éventuellement arriver au plein-emploi en 2030. "Il n’y a pas assez de gens au travail. C’est paradoxal d’avoir autant d’emplois vacants (28.612 à la fin mars) et 192.000 demandeurs d’emplois", rappelle Olivier De Wasseige. Parmi les problèmes, il pointe la faible qualification des chômeurs (47% ont au plus un diplôme de l’enseignement secondaire du second degré), un enseignement en inadéquation avec le marché du travail et un Forem qui manque de réactivité.

A parti de ce constat, l’UWE a dressé 8 recommandations sujettes à inspirer les négociateurs pour la rédaction de la prochaine déclaration de politique régionale. L’UWE demande par exemple que les 150.000 places de formation soient réorientées vers des métiers en pénurie. Le Forem est aussi appelé à rediriger son personnel vers l’accompagnement individualisé des chômeurs et à repenser le parcours du demandeur d’emploi en rédigeant un bilan de compétence. L’UWE suggère aussi de soutenir la création d’écoles d’entreprises. "L’UWE plaide pour un consensus entre gouvernement wallon, syndicats et monde des entreprises sur la manière et les moyens pour y arriver."

Lire également

Publicité
Publicité