Le PTB ferme la porte aux discussions avec le PS en Wallonie

©Photo News

Pour le parti de gauche radicale, l'intention du PS de former une coalition avec le PTB n'était "qu'un coup de bluff". Le PS de son côté estime que les négociations ne sont pas terminées, elles n'ont même "pas encore commencé".

Le PTB au pouvoir en Wallonie? On en est loin. Le parti communiste a décidé de mettre un terme aux discussions avec le PS, qui est à la manoeuvre pour former une coalition en Région wallonne. La raison? "Le PS ne veut pas remettre en question la politique menée ces 20-30 dernières années. Nous ne pouvons pas faire confiance à un parti qui ne sait pas se remettre en question, qui est incapable de faire un auto-examen", déclare le porte-parole du PTB, Germain Mugemangango. "Nous proposons un plan de relance qui dépasse la logique d'austérité de la Commission européenne. Or, le PS n'est pas prêt à dépasser cette logique", ajoute-t-il. 

Dans ces conditions, le PTB, qui devait à nouveau rencontrer les négociateurs socialistes ce jeudi, ne viendra plus à la table. Le PS, de son côté, lance un appel au PTB sur Twitter pour continuer les négociations.

"Le PS a un double discours"

Élections 2019

Suivez les négociations et consultations pas à pas dans notre dossier >

Pour le PTB, le PS a un double discours: "Ils disent vouloir former une coalition avec le PTB, mais lorsqu'on entre dans le concret, ça bloque. Ils ne remettent rien en question et ne veulent rien changer par rapport aux 20 dernières années", déplore le parti de gauche radicale, qui estime avoir fait des propositions concrètes. Et de citer un exemple: "Nous proposons la construction de 8.000 logements sociaux...leur réponse: 'On verra'. On ne peut pas gouverner et faire des promesses qui ne sont pas suivies des faits."

Le parti revient sur la rencontre bilatérale menée ce mardi: "La réunion était prévue ce mercredi et soudainement, sans explication, le PS change la date à mardi, une heure avant la prestation de serment en Wallonie... On a le sentiment d'être un peu coincés, d'être dans un cadre de discussions négatif", explique Germain Mugemangango.

Quand le parti socialiste dit vouloir gouverner avec le PTB, "c'est un coup de bluff, un coup de com'", estime-t-il. "Le PS est mis sous pression par sa base et les syndicats pour monter dans une coalition avec nous, mais dans les faits, ils veulent former une coalition avec le MR et Ecolo, ce qui est plus difficile à faire passer auprès de sa base. Du coup pour la rassurer, ils ont tenté un coup de comm', mais ils n'ont jamais vraiment voulu gouverner avec nous..." Pour le parti communiste le PS souhaite montrer à sa base et à ses électeurs avoir tenté le tout pour le tout avec le PTB et dire ensuite: "Regardez, c'est le PTB qui ne veut pas."

Soutenir depuis l'opposition? C'est non.

Nollet déplore le "cinéma" survenu lors de la rencontre PS-PTB

Le co-président d'Ecolo Jean-Marc Nollet a qualifié de "cinéma" les tensions survenues mardi à Namur à l'occasion de la rencontre entre négociateurs PS et PTB pour la formation d'une nouvelle majorité wallonne.

"Je ne vais pas tomber dans le travers de faire de ce moment de rencontre extrêmement important un show de communication", a indiqué Jean-Marc Nollet. 

Ecolo a par ailleurs présenté dix "mesures basculantes" pour la Fédération Wallonie-Bruxelles lors de sa rencontre avec les négociateurs PS en vue de la formation d'une nouvelle majorité en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles. Elio Di Rupo les a jugées "très convergentes" avec le programme du PS.

"Tout cela mérite bien mieux que le cinéma que j'ai vu hier...", a-t-il lâché.

Le socialiste Paul Magnette s'est dit prêt à former un gouvernement minoritaire avec le soutien du PTB dans l'opposition... Une solution "illisible sur le plan politique", estime le parti de gauche radicale. "Soit on est dedans et on assume les décisions prises par la majorité, soit on est dehors. Cette ultime proposition du PS n'est pas sérieuse, nous ne sommes pas d'accord avec ça."

Quoi qu'il arrive, que le gouvernement soit minoritaire ou majoritaire, avec ou sans le MR, le PTB, depuis l'opposition, assure qu'il soutiendra les mesures sociales. Mais pas question de continuer à discuter avec le PS, "l'ambiance ne nous convient pas", conclut Germain Mugemangango.  

Le PS rencontre ce mercredi Ecolo.

Lire également

Publicité
Publicité