analyse

Le nouveau gouvernement bruxellois va rendre la Stib gratuite pour les moins de 25 ans

©Photo News

Voici ce que l'on sait de l'un des volets les plus attendus de l'accord de gouvernement intervenu à Bruxelles: la mobilité.

La fumée blanche est apparue peu avant 4h dans la nuit de mardi à mercredi: Bruxelles tient son accord de gouvernement. Il a été officialisé ce mercredi après-midi. Voici ce qu'on sait de l'un de ses volets les plus importants, la mobilité.

Des quartiers apaisés

Sans surprise, le plan régional de mobilité sera adopté définitivement par le nouvel exécutif. Baptisé Good Move, ce plan prévoit notamment de favoriser la mobilité active et de diviser le territoire bruxellois en une cinquantaine de quartiers apaisés dans lesquels la circulation sera limitée à 30 km/h.

La limite de 30km/h deviendra la norme en ville.

Même s’ils n’étaient pas à la manœuvre lors de son élaboration, les écologistes n’allaient certainement pas remettre en question un plan qui valide un principe qu’ils prônent depuis des années, à savoir que la limite de 30km/h devienne la norme en ville. Via des contrats locaux de mobilité conclus entre la Région et chacune des 19 communes, des moyens financiers seront octroyés uniquement aux projets qui s’inscrivent dans la stratégie régionale. L’objectif affiché est de concrétiser la zone 30 généralisée d’ici le 1er janvier 2021.

En matière de sécurité routière, l’exécutif régional embrasse désormais la Vision Zéro, qui consiste à définir l’absence totale de blessés et de morts sur les routes comme étant l’unique objectif acceptable. Outre les aménagements adaptés, le renforcement des sanctions en cas d’infractions mettant en danger les usagers faibles est prévu.

Pour les cas les plus graves, la saisie administrative de véhicules est évoquée. Le gouvernement régional continuera d’investir dans du matériel de sécurité comme les radars et lidars et de soutenir le développement de brigades cyclistes affectées spécifiquement à la sécurité routière dans toutes les zones de police qui sont d’ailleurs invitées à pratiquer la tolérance zéro.

Un plan directeur tram

Adopté juste avant les élections, le plan pluriannuel de la Stib (6,25 milliards d’euros investis d’ici 2028) a été révisé par les négociateurs, à la demande d’Ecolo qui exigeait un renforcement de l’offre de transport en surface. Dans sa déclaration de politique générale, le gouvernement s’engage à exécuter le plan directeur bus dans les meilleurs délais et à élaborer en début de législature un plan directeur tram.

Le plan pluriannuel de la Stib (6,25 milliards d’euros investis d’ici 2028) a été révisé par les négociateurs, à la demande d’Ecolo qui exigeait un renforcement de l’offre de transport en surface.

Dans ce cadre, certains projets sont simplement confirmés, comme le prolongement des trams 3 et 9 vers le plateau du Heysel d’ici 2021 et la création des nouvelles lignes vers Tour & Taxis et Neder-over-Heembeek d’ici 2024. En outre, deux lignes de bus structurantes seront, à l’horizon 2025, tramifiées: la ligne 95 afin de pouvoir connecter en priorité la gare Centrale avec Usquare (anciennes casernes d’Ixelles) et la ligne 49 afin de créer une nouvelle rocade ouest.

Réclamée par Schaerbeek, la ligne de tram desservant le futur site Mediapark figure aussi au menu. La prolongation des lignes de tram 7 (jusqu’à la place Rochefort à Forest) et 8 (vers Evere et la Forêt de Soignes) ainsi que la mise en site propre de tronçons des lignes 92 et 55 seront mises à l’étude. Les délais déjà connus pour la future ligne de métro 3 sont maintenus: le tronçon Albert-Gare du Nord en 2024 et l’extension jusqu’à Bordet à l’horizon 2030.

Durant la campagne, la gratuité de la Stib avait fait débat. Les partenaires ont décidé qu’ils procéderaient à une révision de la grille tarifaire durant la mandature pour améliorer l’accessibilité de l’offre. La mensualisation du paiement de l’abonnement annuel sera mise en œuvre dès 2020 pour réduire l’impact sur le pouvoir d’achat. Et la gratuité des transports publics pour les Bruxellois de moins de 25 ans et de plus de 65 ans sera effective la même année.

Des licences pour les vélos et les trottinettes partagés

Les redevances pour les vélos et trottinettes partagées seront affectées à la création de stationnement en voirie.

Le nouvel exécutif entend doubler la part modale du vélo en cinq ans. Pour ce faire, un plan d’investissement spécifique aux infrastructures cyclistes sera établi en partenariat avec les associations. La multiplication des pistes cyclables et le bouclage du réseau ICR figurent dans l’accord de majorité qui prévoit également l’accélération de la réalisation du RER-vélo.

Sur le territoire régional, ce sont les lignes ferroviaires 28, 36, 60, 124 et 161 qui sont jugées prioritaires. Outre le renforcement du cadre juridique actuel pour le cyclopartage, les nouveaux ministres bruxellois ont opté pour un mécanisme d’octroi de licences à destination des opérateurs de vélos et de trottinettes en libre-service. Les recettes seront ensuite affectées à la création de stationnement en voirie pour ces véhicules.

La fin des voitures polluantes prévue pour 2035

La volonté de conclure un accord avec les autres Régions pour instaurer une taxation kilométrique intelligente est réaffirmée par le gouvernement bruxellois qui proposera, dans le champ de ses compétences, une réforme globale de la fiscalité automobile visant à améliorer la qualité de vie en ville.

Il est question d’intégrer une plus grande progressivité dans le régime de la taxe de mise en circulation (TMC) en fonction de la performance environnementale des véhicules.

Il est question d’intégrer une plus grande progressivité dans le régime de la taxe de mise en circulation (TMC) en fonction de la performance environnementale des véhicules. Et de revoir le régime de la taxe de circulation (TC) en fonction des objectifs de la zone basse émission (LEZ) en s’appuyant sur son réseau de caméras. Le nouveau régime sera modulé à l’usage afin de limiter les embouteillages aux heures de pointe.

L’exécutif régional poursuivra le développement de la zone basse émission en définissant les nouveaux jalons d’interdiction pour tous les types de véhicules pour la période 2025-2035. C’est un comité stratégique composé d’experts indépendants qui sera chargé d’émettre des recommandations relatives aux restrictions. Mais la volonté affichée du gouvernement est de sortir totalement du diesel au plus tard pour 2030, et de l’essence et du LPG à l’horizon 2035. Des mesures d’accompagnement tenant compte de la situation sociale des ménages seront déterminées. Une refonte de la prime Bruxell’Air viendra en soutien des particuliers durant la transition.

Une réforme du secteur taxi

La nécessaire réforme du secteur des taxis se fait toujours attendre. Le nouvel exécutif entend protéger les taximen en réglementant les nouveaux acteurs disruptifs parmi lesquels Uber. Il est question d’harmoniser l’accès à la profession et l’octroi de licences pour tous les services de transport rémunéré de personnes; d’interdire la poursuite d’activités sur le sol bruxellois avec des licences flamandes ou wallonnes. La majorité songe aussi à délivrer gratuitement des licences rendues incessibles et à mettre sur pied un fonds régional pour indemniser les détenteurs actuels de licences.

Lire également

Publicité
Publicité