Regrouper les libéraux, l'idée a fait son chemin

©BELGA

MR et Open Vld étudient la piste d’un groupe politique commun à la Chambre des représentants.

MR et Open Vld ont voulu s’inspirer du modèle Ecolo/Groen à la Chambre, rapportait ce mercredi La Libre, étudiant ces derniers jours la piste d’un groupe politique commun à la Chambre des représentants. Objectif? Monopoliser la première place parmi les familles en présence, ce qui aurait non seulement renforcé le poids des libéraux dans l’attribution des présidences de commission, intervenue mercredi, mais leur aurait aussi accordé la préséance sur les autres groupes dans les débats à la Chambre, tant en plénière qu’en commission. Et ce, sans parler d’un gain de visibilité aux dépens de leurs adversaires politiques, résume La Libre.

Un plus non-négligeable. Et pour cause, les bleus ont souffert lors du dernier scrutin, lâchant huit sièges sur les 34 qu’ils possédaient sous la précédente législature. Le MR n’envoie désormais plus que quatorze députés à la Chambre (-6) quand l’Open Vld est à douze (-2). Une donne qui amène les deux formations à être passées respectivement cinquième et sixième groupes politiques de l’assemblée, au lieu de troisième et cinquième précédemment.

"Les partis traditionnels sont devenus si petits qu’ils doivent se refédéraliser pour peser aujourd’hui."
Hendrik vuye
Constitutionnaliste

Étonnant? Ce rapprochement a "déjà été étudié lors de la précédente législature", rappelle le politologue flamand Dave Sinardet (VUB), mais sans succès. Tout comme ici, semble-t-il. Le projet aurait en effet buté sur quelques "difficultés", selon nos confrères, notamment un manque de temps pour "remédier à une série de problèmes techniques, comme la nécessité de modifier le règlement de la Chambre, ce qui ne pourra se faire avant la reprise normale des travaux parlementaires en septembre".

Et Hendrik Vuye, constitutionnaliste (Université de Namur) et ex-député indépendant après avoir claqué la porte de la N-VA fin 2016, d’ironiser que "les partis traditionnels sont devenus à ce point insignifiants qu’ils doivent se refédéraliser pour augmenter un tant soit peu leur poids aujourd’hui". 

Lire également

Publicité
Publicité