Ecolo a pris plus d'électeurs au cdH et au MR qu'au PS

©Photo News

En Wallonie, les électeurs d'Ecolo et du PTB sont les plus fidèles à leur parti. Ainsi, 71% des électeurs ayant voté pour le parti vert en 2014 ont confirmé leur choix lors du scrutin du 26 mai; un pourcentage qui passe à 75% pour le PTB, selon une étude publiée lundi par le Centre d'étude de la vie politique de l'ULB.

Comprendre le vote du 26 mai en Wallonie. C’est le titre alléchant de l’étude publiée ce lundi par le Centre d’étude de la vie politique de l’ULB (Cevipol). Elle se base sur une enquête réalisée à la sortie des urnes. Nous nous intéresserons plus particulièrement aux transferts de voix constatés entre les partis entre les élections fédérales de 2014 et de 2019.

17
%
17% des électeurs du cdH ont choisi Ecolo en 2019, qui attirait en même temps 10% des électeurs MR, selon le Cevipol.

Premier enseignement, ce sont les deux partis en progrès, Ecolo et le PTB, qui disposent des électeurs les plus fidèles. Respectivement, 71 et 75% des électeurs de ces deux formations ont maintenu leur vote en 2019. "Ecolo est un des gagnants de ces élections, pointe Caroline Close, coauteur de l’étude, mais prend plus au cdH et au MR qu’au PS." 17% des électeurs du cdH ont choisi Ecolo en 2019, qui attirait en même temps 10% des électeurs MR, selon le Cevipol.

En Wallonie, Ecolo gagne donc moins à gauche (parmi les électeurs du PS et du PTB) qu’à Bruxelles. Le PTB enregistre même une "balance positive" avec les verts: il perd moins d’électeurs qu’il n’en gagne au sein de leur électorat. Autre constat, le PTB wallon est parvenu à capter 13,5% de ceux qui avaient voté blanc ou nul il y a cinq ans. Ce qui est largement supérieur aux autres formations politiques.

Et le MR?

La moitié des transferts se sont réalisés au départ des trois partis traditionnels.
Cevipol

Le MR perd, quant à lui, 14% de ses électeurs au profit de la catégorie "Autres" où le centre d’étude intègre les petits partis dont DéFi, les Listes Destexhe et le PP. Le Cevipol constate en outre que, si le PS abandonne 13,5% de ses électeurs au PTB, ce dernier lui en retourne 10%.

Le cdH perd surtout au profit d’Ecolo et même à celui du PTB. "On peut estimer que la moitié des transferts se sont réalisé des partis traditionnels (PS, MR, cdH) vers des formations non-traditionnelles", estime le centre d’étude de l’ULB.

Lire également

Publicité
Publicité