Emploi, migration, pouvoir d'achat... les grands combats de Jambon Ier

©BELGA

Dans sa note de départ aux négociations pour un exécutif en Flandre, l'informateur Bart De Wever n'y va pas avec le dos de la cuillère: durcissement de ton sur les nouveaux arrivants, suppression du bonus logement et fin des provinces sont évoqués. De quoi faire de la Flandre une "région leader" dans le monde, selon les nationalistes flamands.

Après de longues semaines de discussions, la note de l’informateur flamand Bart De Wever a enfin été rendue publique ce lundi matin. Elle doit servir de base aux négociations à venir en vue de la formation du prochain exécutif en Flandre.

Que contient le texte? Un ensemble d’ambitions affirmées.

1. Emploi

Tout d'abord, en matière d'emploi, le bourgmestre d'Anvers est clair: il entend créer quelque 120.000 emplois en Flandre d'ici 5 ans. Avec un taux d'emploi de 80% en ligne de mire - il était de 74,6% en 2018. De quoi placer la Région dans le top européen, au niveau des pays scandinaves. Et pour cause, "nous sommes encore capables de grandeur. Nous croyons en nous-mêmes, en nos talents et nos possibles. La médiocrité est notre ennemi. Nous avons des instituts de recherche de classe mondiale, des entreprises leaders en matière d'innovation dans les nanotechnologies et la biotechnologie, et nous sommes le 15e pays exportateur au monde. Nous devons nous concentrer sur cela", écrit Bart De Wever.

2. Pouvoir d'achat

Rien d'étonnant, cette volonté s'inscrivant dans celle du précédent exécutif du nord du pays, de même que du fédéral auquel participait la N-VA. Par contre, plus surprenant, l'informateur met sur la table l'idée d'une suppression du bonus logement, cet avantage fiscal pour quiconque emprunte pour son habitation. Une décision qui s'inscrit dans la révision plus globale de la fiscalité en Flandre, qui entend encourager l'acquisition plus que la possession de biens. En ce sens, les droits d'enregistrement seront par exemple abaissés dès 2020.

Au passage, l'idée d'une exonération totale des droits de succession  accordée au conjoint survivant est évoquée. En l'état, il n'y a aujourd'hui qu'une exemption pour la maison principale et pas pour les secondes résidences par exemple.

3. Immigration

Pour les primo-arrivants, les règles pourraient se durcir. La note de l'informateur parle d'un accès qui ne sera plus immédiat à la sécurité sociale pour les immigrés. Qui arrive en Flandre devra d'abord y vivre 5 ans sans interruption pour en bénéficier. Une inscription d’office au VDAB est aussi prévue.

Sur les allocations familiales, le signal est similaire: il faudra au moins attendre 6 mois pour recevoir quoi que ce soit.

Enfin, une évaluation a priori des moyens pourrait faire son apparition:  les actifs - également à l'étranger - de quelque arrivant sont vérifiés avant tout octroi d'un logement social.

4. Enseignement

Pour améliorer la qualité de l’enseignement, De Wever souhaite introduire des examens inter-réseaux. Il veut également abolir le système d'inscription centralisé mis en place par le gouvernement précédent. De ce fait, émerge à nouveau un libre choix de l'école, éventuellement avec camping à la porte à la clé. Le principe du double quota mis en place pour assurer la mixité sociale dans les écoles est aboli. Le décret M, l'intégration des étudiants handicapés dans l'enseignement ordinaire, est également en cours de refonte.

Enfin, un musée de l’histoire de Flandre verra le jour.

5. Simplification

Enfin, les villes et les communes de la Région pourraient bénéficier d'une latitude financière supplémentaire. La Flandre absorbe la moitié de la facture de retraite des fonctionnaires. Mais cela coûte de l'argent et le gouvernement flamand devra économiser, annonce De Wever. En outre, les provinces pourraient être abolies à partir de 2024.

6. Technologie

Aussi, la note souligne l’idée de faire de la Flandre une référence en matière de technologie, d'innovation et de transformation digitale. "City of Things", le projet qui doit faire de chaque ville flamande une commune intelligente, sera élargi. Il concernait pour l’heure Anvers, qui pourrait faire figure de pionnière sur la 5G, dans le cas où Bruxelles traînerait. Le document évoque l’avènement d’un réseau régional.

7. Climat

Enfin, sur le climat, les objectifs européens seront suivis, non majorés. Avec export de technologies à la clé.

Lire la note complète

Lire également

Publicité
Publicité