En Wallonie, Ecolo veut un gouvernement "coquelicot"

©BELGA

Jean-Marc Nollet souhaite la mise en place d'un gouvernement "coquelicot", associant rouges et verts (minoritaire, donc), avec une présence de la "société civile" en son sein.

"Face à la gravité et à la complexité de la situation, nous avons besoin de responsabilité d’une part, de créativité et d'inventivité d’autre part. Nous proposons dès lors d'ouvrir la majorité et le Gouvernement à la société civile et de construire avec elle ce nouveau contrat écologique, social et démocratique dont la Wallonie a besoin." C'est la proposition formulée par Jean-Marc Nollet, co-président des verts et représentant de leur délégation pour la formation d'un exécutif wallon.

Jean-Marc Nollet part du constat qu'une association PS-MR est incontournable pour obtenir une majorité en Wallonie, suite au retrait du cdH. Pour lui, cela conduit à un appauvrissement de la dynamique démocratique et à une négation du signal envoyé par l’électeur. Ceci alors que l'abstention a battu des records le 26 mai. "C'est la première fois qu'on dépasse (la) barre du demi million (de Wallons qui n'ont pas voté), on ne peut pas simplement le constater sans changer la manière de faire de la politique", estime Jean-Marc Nollet. 

D'où cette proposition de gouvernement "coquelicot", référence au vert et au rouge de la fleur qui ne pousse que dans son milieu naturel, fane très vite si on la coupe et qui revit depuis l'interdiction des pesticides en Wallonie... 

Élections 2019

Suivez les négociations et consultations pas à pas dans notre dossier >

Un gouvernement minoritaire

A quoi ressemblerait cet attelage d'un nouveau genre? "Concrètement, nous aurions une série de ministres indépendants, issus de la société civile, garants de la réalisation d’une Déclaration de Politique Générale et Sociétale", précise Nollet.

"Nous pouvons faire de la contrainte politique actuelle une opportunité. La complexité de la situation ne peut pas être une excuse pour ne rien faire, tout au contraire. Le CDH pourrait être un acteur central de cette autre manière d’envisager le fonctionnement démocratique en Wallonie. Mais la proposition s'adresse en fait à chaque député individuellement, et collectivement: aux communistes, à Défi (car la logique pourrait être la même en Fédération Wallonie-Bruxelles) et à certains libéraux s'ils sont intéressés".

Ecolo privilégie donc une coalition sans le MR. Le scénario d'un gouvernement minoritaire appuyé de l'extérieur par d'autres (le cdH notamment) n'est donc pas mort.

"J'ai pris pas mal de contacts ces derniers jours dans le très riche vivier associatif wallon et j'en prendrai encore dans les jours qui viennent, y compris auprès d'acteurs plus institués. Comme beaucoup de ces acteurs, nous avons difficile (sic) à nous résoudre à considérer que PS et MR soient devenus incontournables, niant à ce point les signaux envoyés par les électeurs", a-t-il enchaîné en plaidant pour une nécessaire réconciliation des citoyens, de la société civile et du monde politique. Celle-ci passerait aussi, propose Ecolo, par "la participation citoyenne à travers des panels citoyens, des commissions mixtes (moitié de parlementaires, moitié de citoyens), des consultations populaires régionales et même des décrets rédigés et déposés par les citoyens eux-mêmes qui viendraient les défendre au Parlement de Wallonie."

 

Lire également

Publicité
Publicité