L'Open Vld exige la clarté de De Wever sur sa position vis-à-vis du Vlaams Belang

Bart De Wever et Gwendolyn Rutten ©Photo News

L'Open Vld demande à la N-VA de clarifier sa position sur le Vlaams Belang. Les libéraux flamands respectent le choix de Bart De Wever de discuter avec le parti d'extrême droite, mais rappellent qu'ils ne gouverneront jamais avec le parti de Tom Van Grieken.

La présidente de l'Open Vld Gwendolyn Rutten demande à son homologue de la N-VA Bart De Wever de clarifier sa position vis-à-vis du Vlaams Belang concernant les consultations politiques qu'il mène en vue de former un gouvernement flamand. "Cette préformation, ce n'est pas un confessionnal qui n'engage à rien, elle doit à nos yeux mener à la formation d'une majorité stable et majoritaire pour la Flandre", a affirmé Rutten dans un communiqué.

→ Pour lire tous les contenus de L'Echo liés aux élections régionales, fédérales et européennes: rendez-vous dans notre dossier

Le Vlaams Belang a été consulté une troisième fois par la N-VA ce week-end. Le parti d'extrême droite affirme avoir eu l'occasion de discuter d'éléments de programme comme l'intégration, l'enseignement, les soins de santé, la politique d'investissements, la démocratie directe, etc.

Gwendolyn Rutten dit "respecter" le choix de Bart De Wever de mener des pourparlers avec le Vlaams Belang, mais elle demande au président de la N-VA de jouer peu à peu "cartes sur table" et répète que sa formation ne participera pas "à des exercices auxquels prend part le Vlaams Belang".

"On continue de travailler dans la discrétion."
Porte-parole de De Wever

"Un parti dont la vision de l'homme et de la société est opposée à la nôtre, qui plaide pour le séparatisme, remet en question la coopération européenne et recèle des politiciens qui dépassent régulièrement les limites de la décence humaine et politique, ne pourra jamais être partenaire d'un parti libéral. Ni à l'intérieur, ni depuis l'extérieur d'un gouvernement", ajoute Rutten, rejetant ainsi tout exécutif minoritaire soutenu de l'extérieur par l'extrême droite.

Bart De Wever n'a pas souhaité réagir personnellement à cette demande de clarification. "On continue de travailler dans la discrétion", a indiqué son porte-parole.

Lire également

Publicité
Publicité