La Chambre se penche sur le cas Van Langenhove

©BELGA

Étant l’un des deux plus jeunes élus de la Chambre, Dries Van Langenhove est censé assister le président à l’occasion de la prestation de serment des députés. Sauf que la présence, au perchoir, de l’élu d’extrême droite et fondateur de Schild & Vrienden passe mal. Des discussions sont en cours: est-il possible d’aménager le règlement? Ou d’y contrevenir?

L’assemblée a beau ne pas encore être installée, cela grenouille déjà à la Chambre. Ce jeudi après-midi, les 150 députés de la 55e législature prêteront serment. Une séance présidée par l’Open Vld Patrick Dewael – le président sortant Siegfried Bracke (N-VA) n’ayant pas été réélu, il revient au député affichant le plus d’années au compteur parlementaire de prendre les commandes.

"À titre personnel, j’ai décidé de ne pas prêter serment jeudi si Dries Van Langenhove est confirmé dans cette fonction."
Zakia Khattabi
Coprésidente d’Ecolo

Jusqu’ici, tout va bien. Le règlement de la Chambre prévoit en outre que le président soit assisté dans sa tâche – si jamais, par exemple, un vote devait intervenir – par les deux plus jeunes députés. Vous voyez la symbolique: le "vétéran" entouré de deux "petits jeunes". Le hic, ici, c’est que les deux petits jeunes se nomment Mélissa Hanus (PS) et Dries Van Langenhove (Vlaams Belang).

L’extrême droite au perchoir, cela passe déjà mal. "À titre personnel, j’ai décidé de ne pas prêter serment ce jeudi si Dries Van Langenhove est confirmé dans cette fonction, a fait savoir Zakia Khattabi, la coprésidente d’Ecolo. Ce n’est pas envisageable, en tant que militante antiraciste de la première heure. S’il le faut, j’attendrai la séance suivante, lorsqu’un président aura été désigné."

"Insupportable"

"On ne peut laisser salir un peu plus cette institution."
Zakia Khattabi

Et puis, il y a cette inculpation visant le fondateur de Schild & Vrienden, tombée ce lundi en provenance du juge d’instruction de Gand. Le motif est triple: infractions à la loi sur le racisme, à la loi réprimant les faits de négationnisme et à celle sur les armes. D’autant plus insupportable pour Zakia Khattabi, qui a dès lors quitté le registre personnel pour lancer un appel politique aux autres groupes. "On ne peut laisser salir un peu plus cette institution." Comment faire? "Le président pourrait, par exemple, décider de ne pas convoquer de bureau et de siéger seul."

Un appel qui a été entendu, du côté francophone du moins.

  • Le MR a assez vite réagi, supportant la sortie écologiste, et demandant une note aux services juridiques de la Chambre afin de voir s’il est possible de se passer des services de Dries Van Langenhove.
  • Au cdH, la cheffe de file Catherine Fonck estime "insupportable" la présence du député d’extrême droite à la tribune. Tout en insistant: pas question de tordre le règlement de la Chambre pour autant, histoire de ne pas "offrir au Vlaams Belang une victoire plus grande encore".
  • Les socialistes ne sont pas en reste: la benjamine Mélissa Hanus restera assise sur les bancs du groupe socialiste jeudi, refusant de siéger au perchoir et d’y côtoyer l’élu d’extrême droite – traditionnellement, les deux plus jeunes sont censés encadrer le président.

Voilà, pour l’heure, l’état des réflexions et solutions bricolées individuellement. Il faut encore voir quel positionnement adopteront les partis flamands, jusqu’ici peu loquaces sur la question. Et s’il sera possible de dégager une solution commune et négociée, tout en ne s’asseyant pas (trop) sur les traditions ayant toujours eu cours dans les travées de la Chambre. Tout dépendra également de l’attitude du président du jour, Patrick Dewael, qui n’a pas encore souhaité réagir.

Lire également

Publicité
Publicité