La formation flamande toujours enlisée

©BELGA

Groen s'est dit ce mardi toujours prêt à discuter avec le formateur flamand Bart De Wever dans le cadre des négociations pour mettre sur pied un nouvel exécutif au nord du pays. De son côté, la députée fédérale N-VA Zuhal Demir pointe la division interne qui règne au sein des partis engagés dans les négociations comme explication au blocage actuel.

Face à l’enlisement constaté dans la formation du futur exécutif flamand, c’est au tour de Groen, après le Vlaams Belang courant juillet, d’essayer de se faire entendre du formateur Bart De Wever – à l’exact opposé d’ailleurs de son parti frère francophone qui exclut, lui, toute discussion fédérale avec le parti du même Bart De Wever.

"Ce serait bien si le gouvernement comptait un vainqueur, peu importe sa taille, dans ses rangs."
Björn Rzoska

Les écologistes du nord du pays ont avancé mardi être toujours prêts à discuter dans le cadre des négociations visant à mettre sur pied un nouveau gouvernement flamand, détaillait le député Björn Rzoska dans Het Laatste Nieuws et De Morgen. "Ce serait bien si le gouvernement comptait un vainqueur, peu importe sa taille, dans ses rangs."

Groen s’essaie en vain

Un appel visiblement resté lettre morte à la N-VA, où il nous revient que la tentative est vaine, à en croire une source interne.

Résultat? Les discussions avec les trois autres partis toujours en lice se poursuivent. Open Vld, CD&V et sp.a composent le trio. Avec l’idée d’aboutir soit à une reconduction de la "suédoise" (N-VA, Open Vld et CD&V), soit à la naissance d’une "bourguignonne" (où le sp.a remplacerait le CD&V) – une dernière piste existe, mais tenant plus du moyen de pression sur le Vld, à savoir un attelage assez improbable N-VA/sp.a/CD&V.

Avec quel succès jusqu’ici? Si absence de fumée blanche il y a en Flandre, cela tient surtout de la division interne qui règne au sein des partis engagés dans les négociations, a évoqué ce mardi la députée fédérale N-VA Zuhal Demir sur TV Limburg. "Au CD&V, vous avez par exemple Pieter De Crem qui s'est très clairement exprimé en faveur d'un virage vers la droite, mais Wouter Beke ne dit pas la même chose. Au sp.a, Bruno Tobback ne veut pas gouverner avec la N-VA, tandis que John Crombez y est ouvert. Enfin, à l'Open Vld, je ne comprends pas très bien ce qu'il se passe", a déclaré l'ancienne secrétaire d'Etat.

"Nous devrions indiquer dans les prochains jours avec quelles formations nous entamerons officiellement des discussions."
Zuhal Demir
Députée N-VA

Ce qui a pour effet de déboucher sur la situation actuelle: un blocage. Pourtant, une accélération des discussions entre la N-VA et les autres partis dans la course avait pu être constatée la semaine dernière, certains s’attendant même à ce que le formateur Bart De Wever annonce en début de semaine son choix de coalition. Pour l’heure, il n’en est rien et l’incertitude persiste.

"Il y a eu beaucoup de discussions, nous avons travaillé dur dans les coulisses et nous devrions indiquer dans les prochains jours avec quelles formations nous entamerons officiellement des discussions. J'espère qu'il y aura de la fumée blanche prochainement", a conclu Demir. Durant cette interview, elle n'a par contre jamais fait référence à de potentielles dissensions au sein de son propre parti. Dans la presse flamande, certains évoquent toutefois l'existence de plusieurs lignes chez les nationalistes flamands, dont certains seraient encore tentés de collaborer étroitement avec le Vlaams Belang.

Lire également

Publicité
Publicité