analyse

La (future) suédoise flamande ne facilite pas la recherche d'un gouvernement fédéral

Le président du PS a été clair: pas question de faire l'appoint pour une suédoise au Fédéral. ©Jonas Lampens

C'est parti. Les négociations entre N-VA, CD&V et Open Vld débuteront mardi, en vue de la constitution d'un gouvernement flamand. Une suédoise, donc. Qui est loin de disposer d'une majorité à l'étage fédéral. Et qui ferme la porte à une bourguignonne, qui en dispose, elle. Autrement dit, la situation fédérale, déjà pas simple à la base, se complexifie encore. Même si le plus dur restera de marier N-VA et PS.

Si la formation des exécutifs régionaux a pu paraître un rien poussive, en tout cas au démarrage, elle n'a jamais pu prétendre dépasser en complexité la situation fédérale. "La donne fédérale était déjà compliquée, résume en riant Nicolas Bouteca, politologue à l'université de Gand. Eh bien, elle l'est encore davantage aujourd'hui.

Parce que si la Flandre se (re)lance dans l'aventure suédoise, mariant N-VA, CD&V et Open Vld, elle ferme ce faisant la porte à d'autres types de coalitions, comme la bourguignonne, qui a rassemblé à Anvers nationalistes, socialistes et libéraux flamands. Or il se fait qu'à l'étage fédéral, la suédoise est loin de disposer d'une majorité, avec ou sans le cdH - tandis que la bourguignonne, elle, totalise 80 députés sur 150. Et qu'il ne faudra pas compter sur le Parti socialiste pour venir en renfort caisse, comme l'a rapidement laissé entendre son grand patron, Elio Di Rupo. "Nous respectons le choix de Bart De Wever en Flandre. Mais je veux être clair. Le PS veut une politique plus sociale et plus juste aussi au niveau fédéral. S’imaginer que le PS pourrait faire l’appoint et dépanner les anciens partenaires de la coalition suédoise pour former un gouvernement fédéral relève de l’illusion."

"Manque de maturité"

Autrement dit, N-VA, CD&V et Open Vld "ne peuvent constituer la base flamande d'un gouvernement fédéral", ramasse le politologue Dave Sinardet (VUB). "Or, sans doute par manque de maturité, les partis politiques ont tendance à privilégier des coalitions semblables entre niveaux de pouvoir. Parce que, dans le système belge, l'asymétrie peut mener à des blocages entre entités."

Bart De Wever et Elio Di Rupo lors de la phase de formation fédérale en 2014. Cinq ans plus tard, il ne sera toujours pas évident de trouver un terrain d'entente entre ces deux-là. ©Photo News

Cela étant, il ne s'agit ici que d'une couche supplémentaire de complication. Difficile de prétendre que l'équation était simple à la base. Et ses termes restent inchangés, le plus difficile étant d'imaginer N-VA et PS collaborant. Qu'il s'agisse de négocier un round institutionnel, "parce qu'une grande réforme de l'État impliquera une scission partielle de la sécurité sociale, ce que le PS ne peut accepter", analyse Nicolas Bouteca. Ou de s'entendre sur un programme socioéconomique, impliquant notamment de redresser un budget mal en point. Suédoise flamande ou pas, marier nationalistes flamands et socialistes francophones restera toujours aussi ardu. Comme il sera tout autant inconfortable pour le CD&V ou l'Open Vld d'être associé à la N-VA en Flandre et de jouer sans elle au Fédéral. Ce casse-tête-là n'a pas bougé d'un poil. 

Pas un renoncement

"Notre volonté est toujours de pouvoir peser sur la politique menée et de lui donner un cap clair. Mais pas à n'importe quel prix, évidemment."
Bart De Wever

Bart De Wever ne se trompe guère en estimant que le processus de formation fédéral n'a que peu avancé - ce qui explique sans doute pourquoi il a jugé bon de ne plus lier destinées flamande et fédérale. Cela étant, il ne faudrait pas que cette avancée flamande soit interprétée comme une sorte de renoncement fédéral de la N-VA. "Notre volonté est toujours de pouvoir peser sur la politique menée et de lui donner un cap clair. Mais pas à n'importe quel prix, évidemment.

Bon à savoir également: si, au nom de la cohérence, la N-VA verrait d'un bon oeil que la future majorité flamande se retrouve également au Fédéral, cela ne fait nullement partie des termes du contrat la liant, pour l'heure, au CD&V et à l'Open Vld. Question de prudence, si l'on veut. "Parce qu'il est difficile de savoir dans quelle direction cela va évoluer."  

Lire également

Publicité
Publicité