"Le cdH se regarde le nombril alors que la planète brûle" (Jean-Marc Nollet)

"Le cdH a pris la décision de confier les clefs de la Wallonie au PS et au MR", lance Jean-Marc Nollet. ©BELGA

Jean-Marc Nollet râle contre le cdH qui a refusé d'appuyer un gouvernement minoritaire en Wallonie. Face à la dureté de ses paroles, Maxime Prévot s'insurge: "les propos de JM Nollet sont pétris de mépris et d’arrogance à notre égard. Comme souvent de sa part." C'est la guerre ouverte.

Le "non" du cdH a de facto coupé la tige du coquelicot. De celui-ci, il ne reste qu'une note que le MR va désormais amender autant qu'il le pourra. Si ça marche, la Wallonie aura sa coalition arc-en-ciel. Si Ecolo se braque face aux velléités du MR, face aux accommodements du PS ou à cause d'un grand sentiment d'inutilité, ce sera une violette. On resterait dans les fleurs. Et dans le ressentiment.

Il est clair qu'Ecolo aurait de loin préféré, pour gérer la Wallonie, un coquelicot arrosé en coulisses par le cdH. Mais ce coquelicot-là ne sera pas et les verts sont très fâchés, comme a tenu à le faire savoir le coprésident Jean-Marc Nollet. Ce jeudi matin, il pointait, sur la Première, le manque de "responsabilité" de ce cdH qui a fait capoter ses rêves. Selon lui, la décision des humanistes de ne pas appuyer un gouvernement wallon minoritaire "appauvrit la démocratie. C'est la responsabilité des politiques de trouver des solutions." Et puis il a lâché cette phrase: "Le cdH se regarde le nombril alors que la planète brûle."

Ça n'a pas du tout plu au président du cdH, Maxime Prévot, qui a rebondi sur Twitter:

A l'heure où Ecolo va devoir pardonner au MR ses frondes de la période de campagne électorale, il se trouve déjà un nouvel ennemi. Guerre ouverte entre présidents...

"Groupe de pression"

Jean-Marc Nollet a été explicite sur les raisons de sa rancoeur: "J'en veux au cdH de ne pas avoir essayé, d'être resté sur une posture orientée vers des préoccupations internes et pas vers les Wallons."

Et d'ajouter: "Le cdH a pris la décision de confier les clefs de la Wallonie au PS et au MR. Et d'ailleurs , ils ne se considèrent non comme un parti, mais comme un groupe de pression."

Pour rappel, le député fédéral cdH Josy Arens, qui, lui, était défavorable au choix de l'opposition pour le parti orange et envisage de siéger comme indépendant à la Chambre "s'il n'est pas entendu", avait dit "aujourd'hui, nous restons un parti politique même si pour l'instant, nous sommes plutôt un groupe de pression."


Lire également

Publicité
Publicité