Le dernier message des 7 présidents de parti

©REUTERS

Les 7 présidents de parti ont tenu à envoyer un tout dernier message aux électeurs avant qu'ils se déplacent dans les bureaux de vote ce dimanche.

Zakia Khattabi, Ecolo

"Que les mobilisations se transforment en vote"

©BELGA

"Que vos mobilisations des derniers mois se transforment en bulletin de vote. Ce ‘tunnel’ électoral est une opportunité unique d’activer l’ensemble des leviers, à tous les niveaux de pouvoir, au service de la transition écologique et solidaire. Oui, autre chose est possible, maintenant!

Il est possible de faire de l’urgence climatique une magnifique opportunité, au bénéfice de tous: mieux respirer, mieux bouger, mieux manger, mieux travailler, mieux vivre!

Ne laissez pas d’autres décider à votre place car, selon l’adage, si vous ne vous occupez pas de politique, elle s’occupera de toute façon de vous."

Elio Di Rupo, PS

"Pour en finir avec la politique MR/N-VA"

©BELGA

 "Le gouvernement MR/N-VA a fait beaucoup de tort aux gens et s’est fondamentalement trompé dans sa philosophie. Aujourd’hui en tout cas, j’ai depuis 6 mois circulé en Wallonie et à Bruxelles, les gens se plaignent partout, quelle que soit leur profession. Ils ne sont pas heureux. Les fins de mois sont difficiles contrairement à ce qu’on veut faire dire aux statistiques.

Si on veut que ce gouvernement ne se reproduise pas, le parti le plus sérieux, c’est le parti socialiste. C’est celui qui va mettre sur la table des réformes sur les soins de santé, sur les revenus, et c’est la toute grande question du moment, des réformes sur la mobilité et les transports en commun, sur le climat et les libertés individuelles.

Nous espérons être le pilier d’une nouvelle majorité et pouvoir jouer un rôle déterminant. Si on veut en finir avec la politique actuelle, le vote le plus utile, c’est le PS."

Charles Michel, MR

"Soutenir l'esprit d'entreprendre"

©REUTERS

"L’ambition du MR est de créer 250.000 nouveaux emplois durant la prochaine législature. Pour encourager l’embauche, nous proposons d’étendre la mesure "zéro cotisation sociale" aux 3 premiers emplois créés et de poursuivre les réductions de charges. Nous voulons aussi continuer à mieux récompenser le travail en augmentant les salaires nets d’au moins 1.000 euros par an.

Nous souhaitons réduire le précompte immobilier de 500 euros pour les propriétaires occupants leur logement. Nous poursuivrons l’amélioration du statut des indépendants. Notre projet de réforme fiscale est réaliste. Pour la financer, nous misons sur l’impact positif des emplois créés et sur la maîtrise des dépenses publiques: chaque euro doit être dépensé de façon efficiente. Nous concrétiserons le Plan fédéral pour les investissements stratégiques.

Pour relever le défi climatique, nous proposons d’élargir le prêt à taux zéro pour la rénovation énergétique des logements. Nous voulons aussi une réduction d’impôt (Tax shelter climat) pour les entreprises qui investissent dans des projets favorables à l’environnement.

Nous voulons un enseignement de qualité, qui mène à l’emploi et qui rende de la liberté aux parents et aux enseignants dans leurs choix pédagogiques. Nous voulons améliorer la qualité de vie et la conciliation vie privée et vie professionnelle. Nos engagements sont crédibles, sérieux, concrets et tournés vers l’avenir. Les valeurs de liberté et d’émancipation sont au cœur de nos propositions."

Elections | Comparez les programmes

L'Echo a épluché et comparé pour vous le programme des huit principaux partis francophones pour que vous n'ayez pas à le faire. Voici l'essentiel, en 100 questions.

Maxime Prévot, cdH

"Une troisième voie en phase avec son temps"

©Photo News

"Allons-nous enfin basculer dans une politique du XXIe siècle, qui permettra de répondre de manière moderne et pertinente aux défis qui se posent avec acuité? Transition numérique, écologique, démographique, économique… Les concepts s’enchaînent et nos vies quotidiennes sont bouleversées. Des solutions doivent être trouvées sans provoquer de rupture douloureuse et avec la conscience que le monde est complexe et incertain et que notre manière de faire de la politique doit profondément changer.

Le cdH prône un projet ‘outside the box’. Ne pas réfléchir ‘à la mobilité’ ou ‘au travail’, mais comprendre en quoi notre organisation du travail augmente sans raison les besoins en mobilité. Travailler de chez soi grâce aux moyens numériques, c’est une évidence pour des tas de professions. Créons un seul statut, égalisons les pensions, les droits aux congés de ma(pa)ternité, de chômage… Ouvrons les portes et fenêtres et osons sortir d’un droit du travail pensé au XIXe siècle.

Le cdH veut une révolution fiscale: non pas ajuster à la marge mais être disruptif pour soutenir la croissance et les gens. Nous voulons tenir compte de l’apparition des géants du numérique, de nouvelles formes d’économie, et des défis qui se posent. Toute la campagne s’est articulée sur fond de vieux débats: droite ou gauche. Dommage: le cdH propose une troisième voie, une voie en phase avec son temps qui n’oppose pas mais fédère. Qui fait réussir chacun, ne stigmatise pas l’échec et valorise l’effort."

Olivier Maingain, DéFI

"Pour une société plus juste et apaisée"

©BELGA

"DéFI est un parti indépendant de tout groupe de pression, sans scandale, tournant la page des vieilles idéologies qui ne parlent plus aux jeunes générations, qui ne parlent pas de projets d’avenir. DéFI propose sur le plan fiscal, social et environnemental des solutions justes, équilibrées et nécessaires pour faire progresser la société collectivement en reconnaissant le sens de l’effort, de la responsabilité mais aussi la nécessité d’une solidarité pour que personne ne soit abandonné au bord du chemin.

Ce 26 mai, faites le choix de faire gagner ce qui est clairement plus juste, pour une société apaisée, rassembleuse et respectueuse de chacune et de chacun.

Faites confiance à DéFI, parti qui propose avec clairvoyance aux Wallonnes et Wallons ainsi qu’aux Bruxelloises et Bruxellois le changement pour une gestion publique saine. Faites le choix avec DéFI d’une Europe plus protectrice des citoyens et plus ambitieuse dans la gestion des affaires du monde, et qui soit le leader mondial de la lutte contre le réchauffement climatique."

Alain Destexhe, Listes Destexhe

"Le début d'une reconquête face à la gauche dominante"

©BELGA

"Je m’adresse personnellement aux cadres, entrepreneurs, professions libérales et indépendants. Nous sommes l’espoir du redressement et du changement, le parti le plus proche de vos convictions. Nous devons réduire les dépenses publiques pour diminuer la fiscalité, retarder la sortie du nucléaire pour maîtriser notre politique énergétique et environnementale, réduire le nombre de structures publiques et de mandataires pour un Etat plus efficace, réduire le regroupement familial pour mieux réussir l’intégration.

Nous devons libérer l’esprit d’entreprendre, les énergies, lutter contre l’assistanat, mettre fin au chômage à vie et en revenir à des méthodes d’enseignement qui ont fait leurs preuves. Nos dix priorités sont uniques, aucun autre parti démocratique ne les défend.

Avec nous, des idées de droite et de centre droit seront, enfin, présentes dans le débat public. Ce sera le début d’une reconquête face à une gauche dominante. Il n’y aura pas d’autre occasion avant 2025… et peut-être jamais. Nous sommes l’espoir d’une vie meilleure pour vos enfants. Nous sommes donc le vote 13 très utile."

→ Pour retrouver tous les contenus de L'Echo liés aux élections régionales, fédérales et européennes, rendez-vous dans notre dossier.

Peter Mertens, PTB

"La montée d'une gauche authentique"

©BELGA

"Pour répondre aux urgences sociales et climatiques, nous avons besoin d’un plan pour l’avenir d’investissements publics de 10 milliards par an pour les énergies renouvelables, les transports publics, l’isolation des logements, la recherche publique, l’enseignement, les soins.

Nous voulons activer les grandes fortunes avec la taxe des millionnaires et avec la fin des niches fiscales pour les multinationales. Pour donner de l’oxygène à l’économie étouffée par plus de dix ans d’austérité, pour réactiver la consommation interne pour les travailleurs et les PME.

Et nous proposons la mise en place d’une pension minimale de 1.500 euros net pour les travailleurs mais aussi pour les indépendants. Nous avons besoin dimanche de la montée d’une gauche authentique forte, alternative à la fois aux tenants de l’Union européenne austéritaire (comme M. Michel) et aux partisans de l'Alt-Right, l’extrême droite nationaliste, produit direct de cette Europe de la concurrence et de l’inégalité."

 

 

Lire également

Publicité
Publicité