analyse

Le fact-checking du débat De Wever-Nollet

©Wouter Van Vooren

L'Echo a vérifié les arguments de Bart De Wever et Jean-Marc Nollet. Qui a dit vrai? Faux? Réponses.

Climat

Dans le premier volet consacré au climat, Jean-Marc Nollet déplore les résultats du gouvernement flamand en matière de pollution: "L’autorité flamande nous dit que, en 2020, la Flandre ne sera qu’à -4,7% de réduction des gaz à effet de serre." Selon le francophone, il s’agit d’une faible réduction en regard de la baisse de 15,7% décidée en 2005, et voulue par l’Accord de Paris sur le climat.

  • Le décodage

L’Echo s’est procuré le rapport des autorités flamandes sur lequel se base Jean-Marc Nollet. Publié en février 2018, le document montre qu’effectivement, la Flandre n’a diminué ses émissions de CO2 que de 5%. En 2005, le nord du pays rejetait 46.286 tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, tous secteurs d’activités confondus. La projection pour 2020 prévoit un rejet de 44.084 tonnes, soit une baisse de 4,7% en 15 ans. Il ne reste donc à la Flandre que quelques mois pour réduire drastiquement ses émissions et remplir ses engagements. Bart De Wever n’a pas contesté le chiffre, préférant mettre en avant sa politique énergétique et juger des objectifs climatiques trop ambitieux qu’il estime nuisible à l’économie.

Chômage

Sur la gouvernance et le socio-économique, Bart De Wever ne veut pas recevoir de leçon. Rien de tel qu’un mauvais bilan pour discréditer l’adversaire: "Entre 2004 et 2014, pendant vos 10 années de gouvernement à Bruxelles, le chômage des jeunes est passé de 19% à 39%" avance-t-il. Le chômage a-t-il vraiment doublé?

  • Le décodage

Nous avons consulté les rapports publiés par l’organisme de l’emploi bruxellois Actiris. En 2003, l’année précédant l’entrée aux affaires d’Ecolo à Bruxelles, le taux de chômage des jeunes s’élevait à 35,1%. Dix ans plus tard, il se situait à 31%, accusant une diminution de 4,1%.

Les chiffres que nous reprenons concernent les moins de 25 ans pour l’ensemble de la Région bruxelloise. Bien entendu, il y a fort à parier que la situation dans chaque commune diffère et puisse accuser des taux bien plus élevés dans certains cas. Mais pour la situation générale chiffrée par Bart De Wever, la hausse de 20% est fausse.

Le fact-checking du duel Nollet-De Wever

Salaires

Toujours sur le volet socio-économique, Bart De Wever reproche à Ecolo sa volonté d’augmenter le salaire minimum belge à 14 euros de l’heure, soit 2.300 euros brut par mois. "Aujourd’hui, notre salaire minimum est parmi les plus élevé d’Europe" explique le leader N-VA, pour qui une augmentation salariale n’est pas nécessaire.

  • Le décodage

D’après la base de données Eurostat, la Belgique occupe la 4e place, ce qui la situe effectivement parmi les plus hauts salaires européens, avec un salaire minimum établi à 1.593,81 euros. Le podium se compose du Luxembourg en première place (2.071,10 euros), puis de l’Irlande (1.656,20 euros) et viennent ensuite les Pays-Bas (1.615,8 euros). Le salaire minimum n’existe toutefois pas dans tous les pays de l’Union. Les pays scandinaves sont absents de ce tableau, ainsi que l’Italie. Autre précision: le montant repris indique le salaire brut. Bart De Wever avait donc raison.

Migration

En plein débat sur la migration, Jean-Marc Nollet revient sur l’événement qui a fait tomber le gouvernement Michel I après le départ du parti de Bart De Wever. Sujet sensible, donc, ce pacte de Marrakech. "Nous aurions été au ban des Nations unies si nous n’avions pas signé le pacte. Cinq nations ont refusé de le signer", argue l’Ecolo.

  • Le décodage

Charles Michel a apposé sa signature au pacte pour une meilleure régulation de l’immigration. La Belgique fait ainsi partie des 152 pays signataires. Le vote n’a effectivement obtenu que 5 voix contre son adoption.Qui sont-ils? Les Etats-Unis de Donald Trump, la Hongrie de Viktor Orban, l’Israël de Benjamin Netanyahu, la Pologne d’Andrzej Duda et la République tchèque de Milos Zeman.

♦ Lire aussi

Lire également

Publicité
Publicité