Les plateformes citoyennes invitées à rédiger le cœur de programme PS-Ecolo

Les négociateurs wallons d'Ecolo, Jean-Marc Nollet et Stéphane Hazée. ©BELGA

PS et Ecolo pourraient lancer officiellement lundi le début des négociations en Wallonie. Mais avant de donner son feu vert pour rédiger un cœur de programme, Ecolo attend du PS son accord pour qu’une série de plateformes citoyennes soient associées à la rédaction du programme gouvernemental.

Le temps doit encore faire son œuvre en Wallonie. Elio Di Rupo, le formateur et président du PS, le faisait remarquer à la sortie de la dernière réunion avec Ecolo ce mercredi. "On avance par petits pas, mais on avance."

Ce tempo n’est pas illogique. Après l’exit du cdH et l’auto-exclusion du PTB, PS et Ecolo doivent faire preuve d’inventivité pour mettre sur pied un gouvernement. Le frein est surtout idéologique. Tant au PS que chez Ecolo, l’idée d’ouvrir le gouvernement au MR reste un mal qu’on essaye d’éviter. Ainsi, du côté des verts, la campagne menée par les libéraux à leur encontre est quelque chose avec laquelle ils doivent vivre. Et le climatoscepticisme de certains membres du MR effraye quelques écologistes.

Voilà pour la trame générale de ces négociations namuroises.

Après le temps des socialistes et les roucoulades autour du PTB, voici le moment vert. Et toujours sans la moindre trace des libéraux. "On respecte tout simplement le signal des électeurs. Le gouvernement sortant MR-cdH est laminé et les citoyens wallons demandent un changement de cap avec plus de solidarité et plus d’écologie", analyse un cadre d’Ecolo.

Élections 2019

Suivez les négociations et consultations pas à pas dans notre dossier >

Le temps Ecolo

Lundi, Jean-Marc Nollet, le coprésident des verts, l’a dit avec des coquelicots. L’idée consiste à mettre en place un gouvernement minoritaire PS-Ecolo et d’espérer trouver une série de députés de l’opposition pour boucher les trous au Parlement.

La coordination climat devrait être associée à la rédaction du programme gouvernemental.

Entre les plans, PS et Ecolo analysent les convergences. Elles sont "fortes", assurent les deux partis. Si bien que mercredi, certains socialistes misaient déjà sur le lancement officiel des négociations avec la rédaction d’un cœur de programme.

L’euphorie socialiste a cependant omis un point cher à Ecolo. C’est la case "société civile". Pour les verts, ces acteurs des corps intermédiaires de la société doivent être consultés. C’est à prendre ou à laisser.

Derrière ce terme générique, Ecolo veut qu’une série d’acteurs incontournables soient associés à la rédaction de la future déclaration de la politique régionale (DPR) de la Wallonie. Les modalités doivent encore être déterminées mais l’idée est de leur permettre de compléter, modifier, changer la DPR avant son adoption finale par le tandem PS-Ecolo et éventuellement des députés de l’opposition. Ecolo parle d’acteurs représentatifs qui transcendent la vision monolithique que peut avoir une fédération patronale ou un syndicat. On devrait ainsi consulter une série de plateformes associatives comme la coordination climat, les maisons de santé, la plateforme de lutte contre l’échec scolaire ou encore les initiateurs de la déclaration non gouvernementale.

©Photo News

Ce ne serait pas une première en Wallonie

En 2009, les acteurs du secteur de la construction ont ainsi été associés de près à la rédaction de l’alliance emploi-environnement.

Ecolo y voit un gain de temps qui évitera de devoir corriger la DPR a posteriori. Il s’agit surtout, pour les verts, d’aller un pas plus loin que les consultations formalisées par le formateur Di Rupo il y a deux semaines. "C’est un enjeu fondamental afin de reconnecter le citoyen au monde politique", expliquait Jean-Marc Nollet mercredi.

Surpris par la demande, Elio Di Rupo va consulter les instances de son parti d’ici lundi. L’idée devrait normalement être validée. On saura alors si PS et Ecolo rentrent officiellement en négociations.

Lire également

Publicité
Publicité