Mais qu'est-ce qui rassemble PS, MR et Ecolo?

"Nous viendrons avec nos documents, nos analyses", insiste Willy Borsus. ©Photo News

Les trois acolytes - PS, MR et Ecolo - ne partent pas d'une page blanche pour lancer leurs "réunions exploratoires". Mais les libéraux ont leurs conditions. L'arc-en-ciel wallon est-il possible?

Si tout est jeté à la poubelle, on ne va pas perdre de temps.
Jean-Marc Nollet
Coprésident d'Ecolo

Au lendemain de l'acceptation par les verts de participer à une rencontre exploratoire, chacun marque déjà son territoire. "Ce n'est pas à prendre ou à laisser", cette phrase postélectorale, on l'avait déjà entendue de la bouche d'Elio Di Rupo, et ce jeudi matin, c'est Jean-Marc Nollet qui l'adresse au MR. "Venez avec vos propositions", lançait-il aux libéraux, sur les ondes de la Première. La fameuse note déjà amendée par la société civile peut donc bien être retouchée par les bleus. "Mais, si tout est jeté à la poubelle, on ne va pas perdre de temps", tempérait encore le coprésident d'Ecolo.

Qu'en pense le MR, lui qu'on a tenu écarté pendant un mois et demi, en essayant même d'ériger un gouvernement minoritaire pour ne pas devoir remettre la Wallonie la tête dans le bleu? Il est visiblement prêt à discuter, mais... "La négociation ne sera pas simple, il y a des divergences assez profondes sur un certain nombre de points (...), mais nous nous rejoignons sur d'autres points, comme l'isolation des bâtiments, l'investissement naturel, des politiques équilibrées en genres", résumait ainsi sur La Première le MR Willy Borsus, chef du gouvernement wallon sortant.

Qu'est-ce qui divise?

Il y a peut-être une opportunité d'avoir une majorité solide et stable.
Jean-Marc Nollet
coprésident d'Ecolo

Le gros dossier le plus délicat qui risque de bien faire suer les participants à ces réunions "exploratoires", c'est évidemment l'allongement du tronc commun dans l'enseignement secondaire

Tout le monde sait que ce ne sera pas facile. Si tous les partis sont conscientisés par l'urgence climatique, les méthodes pour avancer pourraient aussi drainer leur lot de crispation.

"On verra s'il y a un chemin", a glissé le coprésident des verts sur la RTBF. "Il y a peut-être une opportunité d'avoir une majorité solide et stable." Un arc-en-ciel wallon...

Les incontournables du MR

Précédemment, Le MR avait déjà fait part de ses incontournables: l'assainissement budgétaire, une augmentation du pouvoir d'achat, le relèvement du niveau de l'enseignement, une réponse à la pénurie d'enseignants, un focus sur l'emploi et la lutte contre les métiers en pénurie, la rationalisation des mandats publics, le plan wallon d'investissement... Il va falloir ajuster la note coquelicot.

Le ministre-président wallon Willy Borus est très clair au sujet de la note coquelicot

"Cette note est un des éléments d’analyse à utiliser lors d’une négociation. Notre intention, c’est légitimement de venir avec nos notes et nos priorités comme la question du pouvoir d’achat, la gouvernance, une baisse de la fiscalité. Il y a évidemment des objectifs avec lesquels on peut travailler comme par exemple sur la politique d’isolation des logements, sur la transition énergétique mais d’autres éléments sont de nature à alimenter le travail comme l’audit des finances de la Fédération Wallonie-Bruxelles réalisé par l’Université de Namur. Il y a aussi des éléments de difficulté et d’impossibilité. Il y a un travail considérable à effectuer." François-Xavier Lefèvre

"La note de convergence est un des éléments", répétait Willy Borsus sur Bel RTL  ce jeudi matin. "Nous viendrons avec nos analyses, nos documents."

Autre élément qui risque d'être difficile, mais à un tout autre niveau, c'est la présence d'Ecolo entre ces deux meilleurs ennemis que sont le PS et le MR. Les verts craignent évidemment que ces deux-là finissent par s'arranger entre eux, puisqu’eux-mêmes ne sont pas indispensables en nombre à un gouvernement majoritaire.

Lire également

Publicité
Publicité