Parfum de fronde au MR, 45 personnalités font barrage

Charles Michel prendra la présidence du Conseil européen le 1er décembre. ©AFP

Sous couvert d'anonymat, six personnalités du MR appellent Charles Michel à passer la main de la présidence du parti sans tarder. 45 personnalités leur répondent.

Des personnalités très fortes ont dirigé le parti. Nous n’avons pas évolué.
Six membres anonymes du MR

Un groupe anonyme de six ministres, anciens ministres et parlementaires MR s'est confié au Soir: ils estiment que Charles Michel, qui prend ses fonctions de président du Conseil européen en décembre, doit quitter la présidence du mouvement réformateur dès la rentrée.

"Charles Michel donne des signaux selon lesquels il entend rester jusqu'au premier décembre. Pour nous, il faut qu'il parte avant cela", dit l'un d'entre-eux dans Le Soir. "La campagne interne au MR doit être lancée dès la rentrée et le nouveau président doit prendre ses fonctions au plus tard le deuxième mardi d'octobre. Il n'appartient pas à un président en partance de travailler au positionnement du MR en Wallonie pour cinq ans et il ne serait pas sain qu'un président nommé tardivement se lance dans la bagarre pour la formation d'un gouvernement fédéral."

Appel à la fin de la guerre des clans

Ce sont ceux qui ne partent pas qui doivent organiser le mouvement pour les cinq ans qui viennent.

Le groupe appelle également à refonder le parti et à enterrer la guerre des clans. "Ceux qui partent ou sont sur le point de partir doivent relâcher leur emprise sur le mouvement. Ce sont ceux qui ne partent pas qui doivent organiser le mouvement pour les cinq ans qui viennent." Ils citent aussi Didier Reynders, qui a manifesté son envie d'ailleurs en se présentant à la présidence du Conseil de l'Europe, échouant à la seconde place en juin dernier.

Didier Reynders. ©Photo News

Car les frondeurs font le constat "d’un MR sujet à une hyperconcentration du pouvoir interne" ce qui a eu des conséquences négatives, selon eux: "On était un mouvement, on redevient le parti libéral des années 80. On doit redevenir un mouvement plus large que les libéraux. Cela implique de laisser vivre les courants du MR: les progressistes, les sociaux-chrétiens, les régionalistes, le courant plus à droite. Il faut les laisser vivre, s’exprimer. Ils doivent vivre en harmonie dans un grand mouvement politique."

"Le MR n'a pas évolué"

Cette hyperconcentration a eu pour conséquence, disent les six, que le MR n'a "pas évolué". "Nous nous sommes installés dans ce qui s’apparente à un culte des chefs. C’était Reynders ou Michel, il n’y a pas eu de match sur le projet" et c'est ce qui expliquerait notamment, disent-ils, les mauvais résultats du MR dans les grandes villes, et particulièrement à Bruxelles, où les libéraux rassemblaient encore plus de 30% des voix au début du siècle.

Appel à l'unité et la sérénité

En réponse à cette sortie masquée, 45 personnalités du MR, dont plusieurs ministres et députés, ont affirmé ce lundi que l'"unité" et la "sérénité" régnaient au sein du Mouvement Réformateur. "Nous, ministres, présidente d'assemblée parlementaire, chefs de groupe et administrateur délégué du Centre Jean Gol du Mouvement Réformateur, rappelons que le MR est pleinement mobilisé dans l'unité et la sérénité pour l'avenir de notre pays, de nos régions et de l'espace francophone", ont affirmé ces personnalités dans un communiqué. 

"Nous regrettons et condamnons les expressions anonymes qui vont frontalement à l'encontre des valeurs libérales de liberté et de responsabilité. Depuis les élections, les différentes instances se sont réunies à différentes reprises et chacun a l'occasion en permanence de communiquer et de défendre son point de vue", ajoute le texte. 

Élections 2019

Suivez les négociations et consultations pas à pas dans notre dossier >

Lire également

Publicité
Publicité