analyse

Pourquoi le MR et le PTB ne veulent pas de la note coquelicot

©Photo News

Le PTB et le MR ont déjà dit "non" à la note coquelicot proposée par le PS et Ecolo en vue de l'élaboration d'un programme de gouvernement. Le cdH doit répondre incessamment sous peu.

Mardi 9 juillet, 14h, on sera fixé avec certitude pour tout le monde. On saura si la note présentée à tous les parlementaires wallons par le PS et Ecolo a un peu séduit ailleurs que chez les verts et les socialistes. C'est plutôt mal parti au vu du "non" déjà exprimé par le PTB et le MR.

Il faut dire que personne n'a intérêt à marquer la moindre ouverture à ce moment de la discussion. Ce serait reconnaître à l'adversité une certaine qualité de son travail. Or, on n'en est pas là. Mieux vaut peut-être attendre de devenir incontournable, de se faire désirer, ou d'être vu comme le sauveur de la nation wallonne...

C'est quoi, la note coquelicot?

Le PS et Ecolo ont envoyé vendredi soir à l'ensemble des députés wallons et de la Fédération Wallonie-Bruxelles deux documents qui pourraient servir de "lignes directrices" aux déclarations de politique gouvernementale et sociétale dans ces entités. 

Retrouvez ici les 40 mesures phares de cette note et le communiqué du PS et Ecolo qui détaille la démarche.

Entre la première version, rédigée il y a plus d’une semaine, et les deux notes proposées aux parlementaires, les documents ont été enrichis par les contributions des associations ou organisations de la société civile consultées par les négociateurs.

Le PTB et le MR disent "non"

Après analyse approfondie de ces textes par nos instances et après consultation de notre groupe parlementaire, nous arrivons à la conclusion que la rupture annoncée en mots par le PS et Ecolo ne se traduit ni en actes ni en chiffres.
Raoul Hedebouw
Porte-parole du PTB

Côté communiste, la réponse, négative, est déjà tombée dimanche. Le "niet" du MR est tombé ce lundi. Avec quelle justification de la part du PTB? La "note coquelicot" est "taillée sur mesure pour le cdH et prépare les renoncements de demain", explique le parti. "Nous n'allons donc pas soutenir ces lignes directrices comme base d'un futur gouvernement qui serait le remake de l'Olivier. Nous n'allons également pas le soutenir de l'extérieur", une formule qui reviendrait "à signer un chèque en blanc."

Élections 2019

Suivez les négociations et consultations pas à pas dans notre dossier >

Rappelons que l'extrême gauche a, depuis longtemps, signifié qu'elle arrêtait toute discussion et ne monterait pas dans un gouvernement. Le cdH aussi, d'ailleurs, même si, du côté humaniste, la façade ne semble pas aussi inébranlable. Quelques membres du parti ont fait montre d'un intérêt pour des discussions sérieuses, voire la participation à une coalition. Mais, les ténors s'accrochent à l'idée d'une cure de ressourcement dans l'opposition. La réponse officielle viendra en ce début de semaine"La note est actuellement analysée en interne et nous nous exprimerons en début de semaine prochaine", disait-on ainsi au cdH en fin de semaine dernière.

Quelle place pour le MR?

Le MR se veut constructif et répondra positivement et de manière ouverte à toute initiative visant à mettre en place des majorités solides et stables pour relever les défis du futur.
Charles Michel
Premier ministre et président du MR

Même réponse chez les libéraux. Le MR ne s'est pas senti fort désiré par le tandem rouge-vert depuis le verdict des urnes. C'est une vraie raison pour ne pas bouger. Dans son argumentation, le Mouvement Réformateur "appelle une fois encore au respect du suffrage universel et des résultats électoraux". Les libéraux prennent toutefois "acte de la contribution de la société civile".  "Le MR se veut constructif et répondra positivement et de manière ouverte à toute initiative visant à mettre en place des majorités solides et stables pour relever les défis du futur", a précisé Charles Michel. 

Bref, pas de soutien à un gouvernement minoritaire. Et ce week-end encore, lorsque nous cherchions à savoir, auprès d'Elio Di Rupo et Jean-Marc Nollet, quelle pourrait être la place des bleus dans ce couple soudé, on a compris que c'était vraiment compliqué pour tout le monde:

"Vous dites que PS-Ecolo sont liés, mais si le MR vient à vous, les verts ne seront pas indispensables. Cela pose-t-il un problème?", demandait L'Echo. Jean-Marc Nollet a répondu: "Lisez le texte et vous verrez qui est indispensable et qui ne l'est pas." Le président du PS, lui, a expliqué que "L'arithmétique électorale est l'arithmétique électorale. À deux nous n'avons pas de majorité. Les libéraux n'en ont pas avec d'autres partenaires. Notre démarche est sincère".

Le point de vue du politologue
"Le MR est celui qui a le moins intérêt à accepter" (Vincent Laborderie)

"Non, clairement, personne n'a d'intérêt à y aller maintenant." Vincent Laborderie, politologue à l'UCLouvain, nous explique pourquoi MR, cdH et PTB ont toutes les raisons de dire "non" à la note coquelicot.

"Le PTB n'a pas envie de monter dans un gouvernement, il a été échaudé au moment des communales par les 'vraies-fausses' négociations avec le PS. Il n'est clairement pas dans l'optique d'une coopération."

♦ "Le cdH n'a pas non plus de raison de répondre positivement à la note pour une question de cohésion interne, de cohérence. Maxime Prévot a repris récemment les rênes de son parti et il voit qu'il n'est pas dans une bonne situation, il a envie de le refonder. Il y aurait un problème de crédibilité à revenir sur ce qui a été dit... De plus, il est aussi face à un calcul politique. Si les autres partis démocratiques montent au pouvoir, ils seront les seuls dans l'opposition, ce qui pourrait leur être favorable pour la suite. En outre, le bloc PS/Ecolo apparaît si solidaire que le cdH ne serait que la 5e roue du carrosse."

♦ "Le MR est celui qui avait le moins intérêt à accepter, et les rédacteurs de la note le savent! Si les autres partis n'y vont pas, les libéraux ne vont pas soutenir de l'extérieur une coalition de gauche alors qu'eux-mêmes monteront au pouvoir si tout le monde dit non!"  

 


Lire également

Publicité
Publicité