Que sait-on du programme des "Listes Destexhe"?

©BELGA

Le sénateur Alain Destexhe lance son propre parti, pour les scrutins bruxellois et wallon de mai. Son programme est proche de celui de la N-VA... sauf pour le confédéralisme.

J'assume le fait que nous serons une N-VA francophone, sans le confédéralisme évidemment.
Alain Destexhe

Le député bruxellois et sénateur MR Alain Destexhe quitte le MR et lance un nouveau parti baptisé provisoirement "Liste Destexhe" en vue des élections du 26 mai prochain. Il s'inspire fortement de la N-VA... sauf pour le confédéralisme. Il plaide à l'inverse en faveur d'une refédéralisation de certaines compétences: sport d'élite, santé. 

Que sait-on de son programme?  Il propose de
· freiner l'immigration
· simplifier la gestion publique
(réduire de moitié le nombre d'élus)
· diminuer les dépenses publiques (à l'exception des politiques régaliennes) 
· construire quatre nouvelles lignes de métro selon un partenariat public-privé
· revoir le système du chômage en grossissant l'indemnité de départ mais en la supprimant en bout de course
(moyennant le maintien d'une allocation de solidarité). 

Destexhe estime que la droite classique, qui s'exprime en Flandre, avec la N-VA, en France avec Les Républicains, en Espagne avec le Parti populaire, à travers les libéraux néerlandais et allemands, ne se manifeste plus en Belgique francophone. Il s'affiche européen critique, ne se dit ni anti-migrant ni climatosceptique (la meilleure façon de lutter contre le réchauffement en préservant le pouvoir d'achat est selon lui de renoncer à la sortie du nucléaire). 

Il lance un appel à "tous les Bruxellois et Wallons" à le rejoindre, lui et le "petit nombre de personnes" que son projet a jusqu'ici convaincu. L'appel aux candidats est lancé en direction de citoyens ou de mandataires qui ne se retrouvent plus dans le "consensus mou" pratiqué par les partis francophones, MR mais aussi PS et cdH. Alain Destexhe les invite à rejoindre ses listes, dont il ne briguera pas la présidence, et à partager ses convictions qui marqueront un programme allant du centre à la "droite classique". 

→ Avec qui? Le député wallon indépendant André-Pierre Puget, qui avait lancé le mouvement Jexiste, a annoncé ce matin qu'il rejoignait ce nouveau parti. Laurence Genot, entrepreneure dans la région namuroise, ex-candidate MR et Benoît Legros, hennuyer, ex-MR, figurent également parmi les premiers candidats à rejoindre les Listes Destexhe. 

 

Pourquoi ce départ du MR?

Le point de rupture définitif avec le MR s'est produit lors du vote sur le pacte de l'Onu sur les migrations, explique Destexhe, qui regrette d'avoir été le seul parlementaire francophone à voter contre.

"Les statuts du MR sont clairs, le fait de se présenter sur une liste concurrente, signifie l'auto-exclusion".
Christophe Cordier
Porte-parole du MR

En se présentant sur une autre liste que celles des bleus, Alain Destexhe "s'est exclu du MR", a réagi ce matin le porte-parole du parti, Christophe Cordier, qui dit avoir appris la nouvelle via la presse ce mercredi matin.

Selon le porte-parole des libéraux francophones, les discussions échangées ces dernières semaines entre Didier Reynders (vice-Premier ministre et président de la fédération bruxelloise du MR), Olivier Chastel (président du parti jusqu'il y a une dizaine de jours) et Alain Destexhe n'ont porté que sur la place que pourrait occuper le député-sénateur, et non sur le programme.

"La place qu'on lui proposait ne lui convenait-elle pas?", s'est interrogé le porte-parole. De son côté, Alain Destexhe situe le point de rupture avec le MR au moment du vote de la Belgique en faveur du Pacte migratoire.

Mais qui est Alain Destexhe?
Agitateur, provocateur...

• Au départ, on l'a connu comme secrétaire général de Médecins sans frontières (MSF). Alain Destexhe a commencé sa carrière politique en 1995 au Sénat où il a siégé sans discontinuer jusqu'à ce jour, hormis entre 2010 et 2014. Il est aussi député bruxellois et de la Communauté française.

• Arrivé en politique au PRL sous la présidence de Jean Gol, Alain Destexhe a toujours été un électron libre au sein de la famille libérale. Devenu faiseur de voix, Alain Destexhe ne sera cependant jamais sanctionné par son parti, tout juste parfois rappelé à l'ordre. Se fâchant aussi avec ses collègues communaux, Alain Destexhe peine à s'implanter localement. Liégeois d'origine, il est successivement conseiller communal à la ville de Bruxelles, à Auderghem puis à Ixelles.

• En 2000, Alain Destexhe accroît sa notoriété publique en participant à une mission parlementaire en Corée du Nord qui fit grand bruit après avoir fait l'objet du documentaire "Une délégation de très haut niveau" diffusé dans l'émission satirique Strip-Tease sur la RTBF. Impliqué dans les enjeux humanitaires ou de santé publique - il a été un des parlementaires à l'origine de la commission d'enquête parlementaire sur le Rwanda -, il a évolué en libéral à l'américaine faisant du système son coeur de cible. Dans sa ligne de mire, les partis de gauche et les syndicats, la gestion wallonne, la politique criminelle, les médias et surtout ces dernières années, l'immigration et l'islam. Devenu polémiste, Alain Destexhe écrit des pamphlets et alimente des blogs

• Provocateur, il participe aussi en 2017 à une mission parlementaire européenne controversée auprès du président syrien Bachar el-Assad, mission opérée grâce au concours d'un avion gouvernemental russe.

Lire également

Publicité
Publicité