chronique

L'Euro 2020: la fête du foot, malgré tout

L'Euro 2020 de football démarre ce vendredi soir à Rome. Crise sanitaire oblige, l'événement n'aura pas vraiment la saveur habituelle. A moins que les Diables justifient leur statut.

Avec un an de retard, pandémie oblige, c’est donc reparti pour la grande fête du ballon rond. Pendant un mois, 24 pays vont tenter de succéder au Portugal vainqueur (un peu) surprise de l’Euro 2016. La grande fête ? Oui sans doute. Mais une fête quand même un peu tronquée. Car l’événement n’aura pas la saveur attendue.

D’abord parce qu’il aurait dû avoir lieu en partie chez nous. Hélas l’incurie politique a bloqué le dossier de l’Eurostadium. Mais cela, on le sait depuis des lustres.

Ensuite, parce qu’il se déroulera, mesures sanitaires oblige, dans des stades au mieux à moitié remplis, à l’exception de celui de Budapest, qui fera le plein. De quoi plomber l’ambiance. Et la décentralisation voulue par l’ancien président de l’UEFA Michel Platini pour fêter les 60 ans de l’événement a de quoi inquiéter. Même si la présence des fans sera limitée et que la vaccination progresse, on ne peut pas minimiser le risque de voir ce fichu virus circuler entre les onze pays/villes hôtes. Et puis, les mesures sanitaires casseront l’ambiance bon enfant et les effusions qui entourent ce genre d’événement même si les autorités seront, paraît-il, relativement tolérantes au cas où Lukaku et ses potes devaient performer.

Enfin, quitte à parler performances, allons-y. Quiconque suit les Diables rouges semble considérer comme acquis que la finale constitue un minimum à atteindre. À voir. Car plusieurs cadors sont soit en méforme (Hazard), soit sortent de blessure (Witsel, De Bruyne). Et puis, les Belges défieront chez eux la Russie et le Danemark en phase de poule. C’est pas gagné. Et il n’est pas exclu qu’ils doivent se farcir dès les huitièmes de finale un des favoris comme la France, le Portugal ou l’Allemagne.

Mais bon, chassons ce vilain "seum" et profitons de ce premier événement de grande envergure d’après covid. En espérant que les Diables concrétisent le rêve de tout un pays.  

Lire également