Les actions chouchous des stratégistes (vidéo)

Le débat des stratégistes lors de l'édition 2020 de Finance Avenue

Quelles actions privilégient nos invités du débat des stratégistes? À l'occasion de Finance Avenue, Frank Vranken, Arnaud Delaunay et Youry Huygen nous ont dévoilé leurs trois actions préférées.

Nos invités étaient unanimes: taux bas oblige, hormis le marché actions, il existe actuellement très peu d’alternatives pour aller à la pêche au rendement.  

Nos trois intervenants ont toutefois rappelé aux investisseurs de ne pas oublier de glisser un petit peu d’or dans leur portefeuille. Un refuge idéal pour se protéger de l’hypervolatilité qui risque de bousculer les marchés financiers dans les années à venir.

Les actions chouchous des stratégistes

Pour Frank Vranken, le stratégiste en chef de la banque Puilaetco Dewaay, "dans le contexte actuel, il faut absolument éviter d'entrer et sortir du marché des actions car c'est extrêmement coûteux. Il est préférable de se construire un bon portefeuille qui peut faire la différence à travers le temps et ne pas jouer la carte du 'market-timing'".

Youry Huygen se focalise sur les valeurs belges, privilégiant les moyennes capitalisations. "Ces valeurs ont pris un certain retard par rapport aux grosses valeurs présentes dans les 'trackers' qui ont tendance à ignorer les plus petites valorisations", a notamment dit le rédacteur et analyste de la revue L'Investisseur.

La Chine, moteur de la croissance

"Il est temps de commencer à se tourner un peu plus vers les valeurs cycliques et les pays émergents."
Frank Vranken
Stratégiste en chef de Puilaetco Dewaay

Arnaud Delaunay aperçoit également de bonnes opportunités dans les petites et moyennes capitalisations. "Mais, quand il y a une période de crise, la liquidité il n'y en a pas, même si les titres sont financièrement très bons", prévient l'économiste en chef chez Leleu Associated Brokers qui a préféré se tourner vers "les grandes valeurs, très liquides, avec une visibilité élevée et surtout une dimension internationale, notamment sur le marché chinois".

Frank Vranken préfère se projeter dans ce qu'il appelle "l'après-corona". "On sait ce qui est cher, clairement les titres du Nasdaq affichent des valorisations élevées", situe le stratégiste qui invite les investisseurs à commencer à "se tourner un peu plus vers les valeurs cycliques et les pays émergents avec un dollar qui devrait s'affaiblir".

Deux valeurs belges trouvent ainsi une place de choix dans le panier de Frank Vranken. La SIR Care Proprety Invest "permet de combiner croissance et sécurité" et le producteur de spéculoos Lotus Bakeries "qui continue à flamber sur le marché US avec leur site de production aux États-Unis". La troisième valeur épinglée par le stratégiste en chef de Puilaetco est une licorne à aller rechercher du côte de la Bourse de Stockholm: Mips . Ce fabricant de casques de vélo et de moto a vu son cours doubler de taille depuis le début de l'année.

"Il est important d'avoir plusieurs monnaies dans son portefeuille."
Arnaud Delaunay
Économiste en chef - Leleu Associated Brokers

Du côté de L'Investisseur, Youry Huygen a jeté, "peut-être avec un peu d'avance", son dévolu sur un titre bien connu à Bruxelles: D'Ieteren . L'analyste a rappelé que "la société dispose d'un milliard d'euros de cash alors que sa valeur boursière tourne autour des 3 milliards d'euros". Ageas , un autre grand nom du marché bruxellois, figure aussi dans les petits papiers de Youry Huygen, "une entreprise qui allie 'value', croissance et rendement avec du cash sur le bilan et une présence intéressante sur le marché chinois". Sa troisième action chouchou n'est autre que GBL , le holding des familles Frère et Desmarais. "Les holdings se négocient aujourd'hui avec de très fortes décotes. Chez GBL, elle est de plus de 30% alors que la moyenne du secteur est de 25%", a expliqué le rédacteur de la revue L'Investisseur.

Enfin, les trois chouchous d'Arnaud Delaunay viennent de France, de Belgique et de Suisse. Le groupe français Schneider Electric "dont la stratégie très axée sur l'Asie" offre de belles perspectives. Côté belge, Arnaud Delaunay privilégie le sociétaire du Bel 20, UCB . Le groupe pharmaceutique "est le seul représentant belge à faire partie de la liste européenne des actions de croissance", une tradition historique chez UCB. Le dernier titre choisi par l'économiste en chef de Leleu se négocie en francs suisses, "parce que c'est important d'avoir plusieurs monnaies dans son portefeuille. Il s'agit du leader mondial de l'agroalimentaire, Nestlé "qui dispose d'une structure bilantaire excellente et d'un rating meilleur que les États".

Lire également

Publicité
Publicité