16 nouvelles auditions dans le cadre du footballgate

Peter Maes ©Photo News

Les déclarations de l'agent repenti Dejan Veljkovic ont mené à 16 nouvelles auditions et des perquisitions dans le cadre des suspicions de fraude dans le milieu du football.

A la suite des déclarations aux enquêteurs de Dejan Veljkovic, qui a le statut de "repenti" dans l'enquête sur les fraudes présumées, matches truqués et faits de blanchiment d'argent dans le milieu du football belge, 16 personnes ont été convoquées ou interpellées pour audition mardi et mercredi, dont l'entraîneur Peter Maes et sa compagne. C'est ce qu'a communiqué ce mercredi le parquet fédéral.

Les perquisitions et auditions réalisées mardi et mercredi ne concernent pas les suspicions de matches truqués, mais uniquement le volet financier de l'enquête, souligne le parquet. Les auditions ont permis d'entendre des proches de l'agent de joueurs repenti, et des personnes qui gravitent toutes autour des clubs de Lokeren ou de Genk.

Il s'agissait "d'établir le circuit suivi par des sommes d'argent relativement importantes potentiellement liées à des commissions occultes qu'aurait reçues P. M.", indique le parquet.

Peter Maes, ancien coach de Malines, de Lokeren, et du Racing Genk, a été interrogé une nouvelle fois, après avoir été interpellé puis inculpé en octobre dernier. Selon le communiqué du parquet fédéral, il fait partie des personnes privées de liberté mardi. Il a été libéré sous conditions le lendemain.

Sa compagne a quant à elle été libérée directement après audition. Il s'agissait "d'établir le circuit suivi par des sommes d'argent relativement importantes potentiellement liées à des commissions occultes qu'aurait reçues P. M.", indique le parquet.

Les déclarations de Dejan Veljkovic, qui apparait comme une figure centrale dans l'enquête, ont mené à trois perquisitions mardi matin, deux à Lommel et une à Duffel.

Mogi Bayat fait saisir les avoirs d'Anderlecht

Il est question de gros sous. Durant plusieurs saisons, l’agent a offert ses services au club bruxellois pour la vente et l’achat de joueurs. Mogi Bayat était rétribué via un pourcentage sur les transactions mais plusieurs contrats ne lui ont toutefois pas été payés. La dette d’Anderlecht envers l’agent serait d’au moins un million d’euros.

L’homme a donc décidé de faire appel à la justice pour récupérer les retards de paiements, via une saisie des avoirs du club. Si Anderlecht confirme avoir effectivement des paiements à régler à Mogi Bayat, le club justifie, dans un communiqué de presse, ce retard par "des doutes quant à certains transferts qu’il a exécutés à titre de mandataire du RSC Anderlecht".

"Le club n’abandonnera pas sa procédure et il n’effectuera des paiements qu’au moment où la clarté aura pleinement été établie."
Anderlecht

Sur base de cette position, l’action de l’agent passe donc plutôt mal du côté du stade Constant Vanden Stock. "Le club est scandalisé et il déplore que l’agent Mogi Bayat ait procédé aujourd’hui à une saisie sur les avoirs du RSC Anderlecht. Toutefois, le club n’abandonnera pas sa procédure et il n’effectuera des paiements qu’au moment où la clarté aura pleinement été établie. De plus, le club n’a d’autre choix que de défendre ses droits devant les tribunaux", poursuit le communiqué.

Une situation sans surprise largement contestée par Mogi Bayat, préférant laisser la parole à son avocat. "Le club d’Anderlecht se cache derrière son opération ‘mains propres’ pour ne pas régler ses comptes en niant complètement la présomption d’innocence. C’est totalement inacceptable. Le club a touché plusieurs millions grâce au travail de Monsieur Bayat. Il n’y a donc aucune raison qu’il ne reçoive pas sa part, comme prévu dans le contrat", explique Maître Mayence qui justifie sa démarche. "La procédure que nous avons mise en place requiert l’aval du juge des saisies, ce que nous avons. Elle est donc tout à fait valable", ajoute-t-il.

D’autres agents seraient également dans l’attente de certains paiements.

Lire également

Publicité
Publicité