La suppression des niches fiscales menace le sport professionnel

Selon Dries Smets, agent de Greg Van Avermaet, une suppression de ces avantages fiscaux mettrait directement en péril une équipe cycliste comme Lotto-Soudal. ©BELGA

La réforme aurait également un lourd impact sur le secteur événementiel et les festivals.

Dans l’univers du sport belge, la résistance s’organise contre la réforme prévue du régime fiscal préférentiel dont bénéficient les clubs et les sportifs professionnels. Celle-ci est sur la table depuis l’Opération Mains propres (appelé aussi Opération Zéro selon le terme exact du dossier judiciaire), du nom de l’enquête judiciaire qui a mis à jour des pratiques de blanchiment et de crime organisé au sein du football belge. Les larges avantages fiscaux et sociaux – près d’un milliard d’euros sur ces dix dernières années, selon le député Roel Deseyn (CD&V) – dont jouissent les vedettes du football belge avaient scandalisé tant l’opinion publique que la rue de la Loi. Un consensus politique s’était rapidement formé pour porter le fer dans cette niche fiscale.

Des sports "mineurs " comme le basket, le volley et le hockey, seraient menacés.

La polémique a cependant fait oublier que ces règles s’appliquaient à tous les sportifs professionnels salariés et à tous les clubs. D’autres disciplines sportives moins exposées ont peu à peu pris conscience des conséquences possibles des premières propositions de réforme. Leur crainte: qu’un "cocktail toxique d’indignation publique suscitée par le régime généreux dont bénéficient des vedettes millionnaires et d’élections imminentes mène à des interventions irréfléchies ".

Selon Dries Smets, agent de Greg Van Avermaet, Philippe Gilbert et Julian Alaphilippe, une suppression de ces avantages fiscaux mettrait directement en péril une équipe cycliste comme Lotto-Soudal. D’autres sports "mineurs " comme le basket, le volley et le hockey, dont les recettes sont très largement inférieures aux montants qui ont cours dans le football, seraient également menacés. Les propositions auraient aussi de lourdes conséquences pour l’industrie des festivals et du divertissement.

Lire également

Publicité
Publicité