Un autre entraîneur de D1 belge arrêté

Peter Maes, l'entraîneur du club de Lokeren ©Photo News

Dans le cadre de l'enquête sur des suspicions de fraude dans le milieu du football, Peter Maes, l'entraîneur de Lokeren, club de première division belge, a été arrêté.

Nouvelle arrestation dans l'élite belge du football. Ce lundi, Peter Maes a été privé de liberté dans le cadre de la vaste enquête qui secoue actuellement le milieu du foot belge. D'après les informations de nos confrères du journal 'Het belang van Limburg, il sera présenté au juge d'instruction ce mardi. Le juge en question ne sera pas Joris Raskin, puisque une demande de récusation à son encontre a été déposée par la défense de l'arbitre Bart Vertenten (lire encadré ci-dessous).

Peter Maes est l'entraîneur du club de Lokeren. Son agent, Dejan Veljkovic, actuellement en détention préventive, fait partie des nombreux suspects inculpés au début du mois pour fraude présumée dans le milieu du football. L'entraîneur du club de Bruges, Ivan Leko, également lié à l'agent Veljkovic, avait lui aussi été arrêté il y a deux semaines. Ayant retrouvé la liberté entre-temps, il a cependant été inculpé de blanchiment d'argent. 

Le club de Lokeren n'est pas disponible pour commenter l'information. 

Le footballgate retardé par une demande de récusation
Hans Rieder, l’avocat de l’arbitre Bart Vertenten, a déposé une demande de récusation contre le juge d’instruction en charge de l’affaire du "footballgate", ont confirmé plusieurs acteurs du dossier. Le pénaliste reproche au magistrat de Tongres Joris Raskin de siéger à la commission des licences de l’Union belge et d’être, ainsi, juge et partie. Selon un témoin du dossier, la demande de récusation est "solide". Le juge Raskin dispose de 48 heures pour y répondre. L’affaire sera ensuite prise par la cour d’appel d’Anvers dans un délai de huit jours.

Les liens entre le magistrat et l’Union belge ont déjà été révélés par Me Rieder il y a une semaine. "M. Raskin siège dans la commission des licences de l’URBSFA, ce qui est un élément très confrontant pour mon client qui a lui-même un contrat de travail avec cette même URBSFA" avait-il déclaré au moment de la comparution de Bart Vertenten en chambre du conseil.

Cette demande porte un coup au dossier car elle interdit temporairement au juge Raskin de poser tout acte d’enquête. S’il devait être récusé, le magistrat serait remplacé par un de ses collègues, qui aurait à reprendre le dossier de zéro. Resterait aussi à poser la question de la légalité du mandat d’arrêt décerné par le juge Raskin à l’encontre de l’arbitre Bart Vertenten, notamment inculpé de corruption passive.

Pendant ce temps, le dossier suit son cours et la chambre des mises en accusation d’Anvers aura à statuer vendredi sur la demande de remise en liberté des neuf prévenus sous mandat d’arrêt. Selon plusieurs avocats de suspects concernés par le volet blanchiment, qui parlent de manière anonyme, le dossier pourrait principalement s’orienter vers de possibles fraudes fiscales. Mais ils contestent avec vigueur la matérialité des faits de blanchiment. Pour établir le blanchiment, il faut en effet démontrer que l’origine de l’argent blanchi est criminelle, ce qui est compliqué. Du côté des autorités poursuivantes, le parquet fédéral tente en premier lieu d’éviter toute fuite de l’enquête alors qu’Het Laatste Nieuws et La Dernière Heure affirmaient samedi que le président de Waasland Beveren, Dirk Huyck, avait refusé 200.000 euros de la part de l’agent mis en cause Dejan Veljkovic pour truquer le match face au KV Malines. 

Julien Balboni 

 

Lire également

Publicité
Publicité