interview

"Nous ne gaspillons pas notre budget 'risque' à ce qui est imprévisible"

AllianceBernstein dispose de ses propres équipes en Chine (ici, Shanghai) et en Inde. ©AFP

Trois questions à Frank De Wit, d'AllianceBernstein, société de bourse qui a été couronnée meilleur gestionnaire de fonds d'actions.

La société de bourse américaine AllianceBernstein a été couronnée meilleur gestionnaire de fonds d’actions. Le groupe, qui gère un total de 623 milliards de dollars et emploie 3.811 personnes dans le monde, dispose de 15 fonds enregistrés dans notre pays.

1. Comment avez-vous positionné vos fonds d’actions pour les prochains mois?

En tant qu’investisseur à long terme, nous essayons d’ignorer les rumeurs, même si nous ne pouvons pas les nier. L’explosion de la crise liée au coronavirus, les élections américaines, certaines tensions géopolitiques et autres événements ont un impact sur les fluctuations journalières du marché et affectent certains secteurs ou entreprises plus que d’autres.

623 mds $
Actifs sous gestion
AllianceBernstein gère un total de 623 milliards de dollars dans le monde.

Les bénéfices des entreprises au premier semestre 2020 seront clairement impactés par la crise du coronavirus, mais les résultats du quatrième trimestre 2019 sont en général assez rassurants et les taux bas continuent à soutenir les valorisations.

Nos gestionnaires évaluent actuellement les entreprises du portefeuille sur la base de leur vulnérabilité à la crise du coronavirus. Dans le même temps, ils cherchent des opportunités créées par la volatilité actuelle. Nous restons concentrés sur les entreprises de qualité affichant un bilan solide, bénéficiant d’avantages concurrentiels et dotées d’équipes de management expérimentées.

2. Estimez-vous que la gestion active permet facilement de faire mieux que le marché?

Le succès des investissements passifs reflète le scepticisme de nombreux investisseurs quant à la capacité des gestionnaires actifs à faire régulièrement mieux que l’indice de référence. Mais le succès des fonds indiciels peut compliquer encore la tâche des gestionnaires actifs, parce que le momentum peut augmenter le poids de certaines actions dans les indices de référence. Les flux investis dans les fonds passifs augmentent aussi les risques de valorisations aberrantes.

Fonds

Le supplément Fonds, ce mercredi 25/3, gratuit avec L'Echo

Fund Awards: Pour gagner avec les fonds, combinez audace et persévérance

+ Dossier spécial | L'impact "Corona" sur votre fonds

 

Nous sommes convaincus que, grâce à des recherches approfondies sur les entreprises individuelles et les secteurs et à un processus d’investissement très rigoureux, les gestionnaires actifs peuvent obtenir de meilleurs rendements avec des portefeuilles concentrés. Dans le contexte de ralentissement de la croissance économique, nous estimons que les investisseurs doivent se montrer particulièrement sélectifs pour trouver les meilleures opportunités, mais aussi si l’on veut investir de manière durable.

3. Les marchés émergents sont-ils devenus incontournables lorsqu’on investit en actions?

Les marchés émergents constituent un segment à part entière, et en croissance, des marchés d’actions mondiaux. Une présence locale est essentielle pour bien connaître les entreprises et les marchés. Nous disposons par exemple de nos propres équipes en Inde et en Chine, qui parlent la langue du pays. Nos analystes américains et européens visitent de nombreuses entreprises originaires de marchés émergents.

Nous appliquons clairement une stratégie de stock picking, où les éléments macro-économiques jouent un rôle beaucoup moins important. Par exemple, nos portefeuilles d’actions ne sont certainement pas positionnés en fonction de telle ou telle issue de la guerre commerciale. Nous estimons que les résultats d’événements qui relèvent du monde politique sont difficiles à prévoir et que le budget "risque" d’un portefeuille ne doit pas être gaspillé à ce qui est imprévisible.

Lire également

Publicité
Publicité