Boycott historique du sport américain après les tirs policiers sur Jacob Blake

Plusieurs équipes de la NBA ont refusé de jouer leur match pour protester contre les violences policières. ©AFP

De nombreuses équipes de différents sports professionnels américains ont décidé de boycotter des matches pour protester contre les violences policères sur Jacob Blake, un Afro-Américain.

L'acte est aussi fort qu'inédit dans le sport professionnel américain: protestant contre les tirs de policiers sur Jacob Blake, les Milwaukee Bucks ont boycotté leur match NBA mercredi, suivis par d'autres équipes de baseball, de football et la joueuse de tennis Naomi Osaka au tournoi de Cincinnati. Du jamais vu.

En quelques heures, le mouvement initié par les joueurs de Milwaukee a fait tache d'huile, après avoir contraint la NBA à reporter deux autres rencontres également prévues mercredi, les joueurs ayant également opté pour un boycott.

L'Oracle Park à San Francisco. ©AFP

C'est d'abord l'équipe de baseball des Brewers qui a emboîté le pas en refusant de jouer contre Cincinnati. Deux autres matches de baseball (MLB) ont aussi été reportés. Idem en MLS, la ligue nord-américaine de football, où cinq des six rencontres au programme ont été boycottées par les joueurs.

Ensuite, après que la Japonaise Naomi Osaka, qui vit aux États-Unis, ait décidé de ne pas disputer sa demi-finale du tournoi de Cincinnati, les organisateurs de l'épreuve ont décidé à leur tour de reporter à vendredi les matches prévus jeudi.

Naomi Osaka. ©AFP

"Le tennis prend collectivement une position contre l'inégalité raciale et l'injustice sociale qui une fois de plus ont été mises au premier plan aux États-Unis. La Fédération américaine de tennis (USTA), les circuits ATP et WTA ont décidé de reconnaître ce moment en interrompant le jeu", ont-ils indiqué.

"Le tennis prend collectivement une position contre l'inégalité raciale et l'injustice sociale qui une fois de plus ont été mises au premier plan aux États-Unis."
Les organisateurs du tournoi de Cincinnati
Joueuse ATP

La Japonaise s'est toutefois dite finalement prête à jouer sa demi-finale ce vendredi. "Comme vous le savez, je me suis retirée du tournoi mercredi pour soutenir la lutte contre l'injustice raciale et la violence policière continue. J'étais prête à donner le match à mon adversaire", a-t-elle écrit dans un communiqué. "Cependant, après mon annonce et de longues consultations avec le circuit féminin WTA et la fédération américaine de tennis (USTA), j'ai accepté leur demande de jouer vendredi. Ils ont proposé de reporter tous les matches à vendredi et dans mon esprit, cela apporte plus d'attention au mouvement", a-t-elle conclu.

Le tableau d'affichage avant le match entre les Cincinnati Reds et les Milwaukee Brewers à Milwaukee dans le Wisconsin. ©AFP

La NBA au centre de la lutte contre l'inégalité raciale

Les joueurs NBA sont, eux, les plus proactifs sur ce terrain: ils se mobilisent régulièrement pour oeuvrer contre le racisme. Trois mois après la mort de George Floyd, le sort de Jacob Blake, Afro-américain de 29 ans grièvement blessé lors de son interpellation, a causé un nouveau choc. Les basketteurs ont été traumatisés par la scène filmée dans laquelle on entend sept coups de feu atteignant dans le dos ce père de famille qui essayait d'entrer dans sa voiture où se trouvaient, selon son avocat, trois de ses fils âgés de 3,5 et 8 ans.

"Il faudra que toutes nos institutions défendent nos valeurs."
Barack Obama
Ancien président des États-Unis

"Au cours des derniers jours dans notre État, le Wisconsin, nous avons vu la terrible vidéo de Jacob Blake et les tirs supplémentaires sur les manifestants. Malgré le plaidoyer écrasant pour le changement, il n'y a pas d'action, donc nous ne pouvons pas nous concentrer aujourd'hui sur le basket", ont justifié les joueurs des Bucks.

Leur décision a surpris les joueurs du Magic, qui ont confié ne "pas avoir été au courant de l'initiative, tout en y adhérant". L'ancien président américain Barack Obama a félicité sur Twitter "les joueurs qui défendent ce en quoi ils croient", ajoutant: "Il faudra que toutes nos institutions défendent nos valeurs."

Dans la foulée de ce premier boycott, la superstar des Lakers, LeBron James, a alors tweeté: "NOUS DEMANDONS LE CHANGEMENT. ON EN A MARRE".

Les joueurs NBA ont toutefois décidé la reprise des matches vendredi, rapportent divers médias ce jeudi. Selon ESPN et le site The Athletic, les joueurs ont pris cette décision au terme d'une nouvelle réunion ce jeudi matin, après une première qui s'est tenue jusque tard dans la nuit précédente. Au terme de cette première réunion, les Lakers et les Clippers, deux des plus gros favoris pour le titre de champion, avaient voté pour l'arrêt de la saison. Et ce, contrairement aux 11 autres équipes encore en lice dans les play-offs.

Les trois matches du jour au programme seront néanmoins reportés, à savoir ceux du 1er tour Clippers-Dallas, Denver-Utah et le match N.1 des demi-finales de conférence entre Toronto et Boston, dont les joueurs avaient les premiers évoqué un éventuel boycott. C'est ce qu'a indiqué la NBA dans la soirée. L'instance a dit également "espérer reprendre le jeu vendredi ou samedi".

Selon The Athletic, le retour sur les parquets se ferait dès vendredi. D'autres réunions doivent avoir lieu ce jour, avec les cadres de l'instance et deux joueurs de chaque équipe, afin de lancer des plans d'action pour résoudre les problèmes d'injustice raciale, autant qu'à aplanir les détails de la reprise des play-offs.

De son côté, le président américain Donald Trump a critiqué la NBA, devenue selon lui "une organisation politique". "Je ne sais pas grand chose sur les protestations au sein de la NBA. Je sais que leurs audiences sont très mauvaises parce que je pense que les gens en ont marre de la NBA", a-t-il déclaré. "Ils sont devenus un peu comme une organisation politique et ce n'est pas une bonne chose", a-t-il ajouté.

Lire également

Publicité
Publicité