Les incendies provoquent un "drame environnemental" aux Canaries

©AFP

Grande Canarie est touchée par un incendie dévastant le poumon vert de l'île.

"Ce n'est pas un incendie comme il y en avait ces dernières années", estime Lourdes Hernandez, une spécialiste des incendies de forêt de l'organisation de protection de l'environnement WWF, mettant en exergue "la virulence du feu, la vitesse à laquelle les flammes se propagent et l'intensité des fronts".

©ANP

Sur l'île de Grande Canarie, deuxième plus touristique de l'archipel situé au large du Maroc, des centaines de pompiers sont mobilisés depuis samedi pour lutter contre "l'incendie le plus important" survenu cette année sur le territoire espagnol, dixit le gouvernement. 14 engins aériens tentent également de venir à bout des flammes. Lundi, les avions ont déversé pas moins d'"un million de litres d'eau", selon les services d'urgence. 

©REUTERS

Mais les températures élevées, le vent et les pluies de cendres rendent cet incendie particulièrement difficile à combattre. Et font redouter de nouveaux départs de feu. 

Le président des Canaries, Angel Victor Torres, a qualifié la situation de "drame environnemental". Et pour cause: le front principal de l'incendie se trouve dans le parc naturel de Tamadaba, une forêt de pins parmi les territoires les plus sauvages de Grande Canarie. "C'est le principal poumon vert de l'île, (...) le joyau environnemental de Grande Canarie", explique Lourdes Hernandez, du WWF.

©AFP

9.000 personnes évacuées

Or, le périmètre du feu de forêt "augmente" et "on estime que 10.000 hectares sont affectés", ont déploré les services d'urgence régionaux sur leur compte Twitter. Plus de 9.000 personnes ont déjà été évacuées de leur logement, mais aucun blessé n'a été déploré.

Nous allons vaincre cet incendie et ce que nous voulons, c'est que quand il s'achèvera, nous n'ayons pas à déplorer des victimes.
Victor Angel Torres
Président des Canaries

Les Canaries ont accueilli l'an dernier 13,7 millions de touristes, en particulier britanniques et allemands, et le tourisme représentait en 2017 35% du PIB et 40% des emplois de l'archipel, selon l'organisation patronale Exceltur. Le gouvernement régional a d'ailleurs tenu à souligner que le tourisme n'était pas affecté par l'incendie, car "aucun complexe touristique n'en ressent les effets".

©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité