Macron et Xi font front commun face à Trump sur le climat

Macron et Xi. ©REUTERS

Emmanuel Macron et Xi Jinping ont réaffirmé mercredi à Pékin leur "ferme soutien" à l'accord de Paris sur le climat, affichant leur unité face aux Etats-Unis de Donald Trump, qui viennent d'officialiser leur retrait.

Après avoir déploré la décision américaine, les présidents chinois et français ont tenu à affirmer que l'accord signé en 2015 pour lutter contre le réchauffement climatique était "un processus irréversible". "Parce que quand la Chine, l'Union européenne, la Russie s'engagent avec fermeté, le choix isolé de tel ou tel autre ne suffit pas à changer le cours du monde. Il ne conduit qu'à (le) marginaliser", a estimé Emmanuel Macron, sans citer les Etats-Unis.

A rebours de l'isolationnisme brandi par Donald Trump, les deux dirigeants veulent "insuffler un élan politique à la coopération internationale" afin "d'assurer une mise en oeuvre de l'accord de Paris totale et efficace".

"Nous sommes pour l'égalité de traitement et contre la loi de la jungle et les actes d'intimidation", a souligné Xi Jinping, dont le pays est le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre.

Les deux présidents ont formalisé leur entente dans un "Appel de Pékin sur la conservation de la biodiversité et le changement climatique", publié à l'issue d'un entretien au Palais du peuple de la capitale chinoise. 

Moisson d'accords

Au-delà des postures climatiques, la visite a donné lieu à une moisson d'annonces d'accords franco-chinois, certes moins spectaculaires que lors de la visite en mars de Xi Jinping en France, lorsque la Chine avait passé commande de 300 Airbus. "On avait alors vidé la cuve" des commandes d'avions, a fait observer l'Elysée, qui s'est refusé à donner le montant total des accords, évalué à 15,1 milliards de dollars par Pékin. 

Le plus gros dossier est le "méga-contrat" de l'usine de retraitement de combustible nucléaire pour lequel Orano (ex-Areva) est en négociations depuis une dizaine d'années. Les deux pays ont convenu de parvenir avant fin janvier à un accord sur ce dossier qui achoppe sur la question cruciale... du prix. La facture d'Orano est estimée aux alentours de 10 milliards d'euros. 

Lire également

Publicité
Publicité