Super Bowl: Shakira, Jennifer Lopez et la bourde de Trump

Shakira (gauche) et Jennifer Lopez (droite) ont animé le Super Bowl. ©AFP

Le président américain avait investi 11 millions de dollars pour deux spots publicitaires pendant le Super Bowl. Mais un tweet a peut-être tout gâché.

Les chanteuses américaine Jennifer Lopez (50) et colombienne Shakira (43) ont donné une touche hispanique au spectacle de la mi-temps du Super Bowl, championat de football américain et de loin le plus important évènement sportif outre-Atlantique, avec une audience estimée à 100 millions de spectateurs.

Durant douze minutes de show à Miami en Floride, les pop-stars latinos accompagnées de troupes de danseurs ont passé en revue leurs morceaux les plus populaires, à grand renfort de déhanchés, paillettes, jeux de lumière et effets pyrotechniques. Les deux icônes ont même partagé le podium pour clôturer un des shows les plus regardés aux USA, qui cette année a opté pour faire la part belle à la culture latino-américaine pour la première fois. Les hispaniques constituent la première minorité éthnique aux Etats-Unis, après les Afro-américains. 

Jusqu'à 5,6 millions de dollars les 30 secondes de pub

  La mi-temps en musique du Super Bowl, championat remporté cette saison par Kansas City, est le point d'orgue d'un évènement qui attire des dizaines de millions de spectateurs américains chaque année. Cela en fait aussi un puissant outil marketing, avec de l'espace publicitaire vendu jusqu'à 5,6 millions de dollars (5 millions d'euros environ) par tranche de 30 secondes.

Parmi les marques qui ont consenti à l'investissement cette année, Google, Mountain Dew, Cheetos, Pringles, Verizon, Bud Light, Amazon Prime Video ou le service de streaming Hulu

Trump et Bloomberg lâchent 11 millions de dollars

 Le président américain Donald Trump s'est aussi fendu d'un message publicitaire lors de cette 54e édition, qui a lieu l'année de campagne présidentielle américaine. Pour 11 millions de dollars, le magnat de l'immobilier new-yorkais s'est offert deux fois trente secondes de temps d'antenne, dont un premier message diffusé lors du l'interlude commercial suivant l'ouverture du match.

Le candidat à l'investiture démocrate, le milliardaire Michael Bloomberg et ancien maire de New York, a renchéri et diffusé aussi un spot de 60 secondes, pour sa part orienté sur le contrôle de la vente d'armes à feu aux USA. Ce duel politique par publicités interposée, s'adressant chacun aux électeurs noirs, est une première lors du Super Bowl qui d'autant plus se déroulait la veille de la première primaire démocrate dans l'Iowa.

La bourde de Trump

Le président américain a félicité l'Etat du Kansas pour la victoire des Kansas City Chiefs lors du Super Bowl, la finale de la ligue de football américain NFL... alors que la ville se situe en réalité dans le Missouri.

Le compte officiel du chef de l'Etat a rapidement corrigé le message et remplacé Kansas par Missouri, mais de nombreux internautes et plusieurs médias américains avaient eu le temps d'effectuer une capture d'écran du tweet originel.

Techniquement, Kansas City a été fondée à la jonction des fleuves Kansas et Missouri. La frontière entre les deux Etats se situe au milieu d'une même agglomération, avec administrativement un Kansas City au Kansas et un autre dans le Missouri. Le développement économique de la partie située dans ce dernier ayant été plus important, cette ville a pris le dessus sur sa voisine.

Il n'en fallait pas plus pour que les réseaux sociaux se gaussent de cette erreur. "Que quelqu'un retire vite le Sharpie (feutre) des mains de Trump avant qu'il ne redessine la carte du Kansas", a plaisanté le scénariste et producteur de télévision Bryan Behar, également sur Twitter. Il s'agissait d'une référence à l'ouragan Dorian, dont Donald Trump avait annoncé, début septembre, qu'il balayerait "très probablement" l'Alabama.

La prévision avait été démentie peu après par le service de météorologie nationale, mais le président s'était acharné, allant même jusqu'à produire une carte sur laquelle l'Alabama avait été grossièrement inclus au feutre dans la trajectoire possible de l'ouragan. Dorian n'a jamais touché l'Alabama et n'est même pas entré à l'intérieur des terres américaines.

Lire également

Publicité
Publicité