L'urgence climatique intégrée dans l'agenda politique

©BELGA

À l’approche du scrutin du 26 mai, L’Echo dresse le bilan des gouvernements régionaux et communautaires. Douze thématiques, soigneusement sélectionnées par la rédaction. Aujourd’hui, le sixième volet: les actions en faveur de l’environnement et du climat

Alors que la pression des jeunes continue à se faire entendre dans la rue chaque jeudi, accusant le monde politique d’inertie dans la lutte contre le réchauffement climatique, un coup d’œil dans le rétroviseur de ce qui a été entrepris par les deux gouvernements qui se sont succédé à la tête de la Région wallonne ces 5 dernières années laisse à penser que certaines lignes ont évolué dans les actions politiques même si les mises en œuvre ne sont pas toujours immédiates ou peuvent être critiquées.

Phasing out pour les vieux moteurs

L’action qui a fait le plus de bruit concerne les voitures les plus polluantes qui seront bannies des routes wallonnes. Le début de la procédure de retrait est fixé à 2023. Entre le 1er janvier 2023 et le 31 décembre 2025, la circulation des véhicules particuliers les plus polluants sera progressivement interdite, et ce, quelle que soit leur motorisation. Ainsi, seuls les véhicules répondant à la norme Euro 5 seront encore autorisés à partir du 1er janvier 2026. La deuxième étape du phasing out, comprise entre le 1er janvier 2028 et le 31 décembre 2029, ne concerne, elle, que les motorisations au diesel. Au 1er janvier 2028 par exemple, seuls les véhicules roulant au diesel et répondant à la norme Euro 6 seront autorisés à circuler sur les routes wallonnes.

Dès 2023, les moteurs les plus polluants seront bannis des routes wallonnes.

Il a beaucoup été question de mobilité sous cette législature. Outre le tout nouveau plan infrastructure 2019-2024 qui doit permettre la construction de 800 kilomètres supplémentaires de pistes cyclables ou la mise en site propre de 100 kilomètres supplémentaires pour les bus du TEC, la Région s’est dotée d’une vision à plus de 10 ans à travers le plan Fast 2030 dont le but est de diminuer la part modale de la voiture individuelle au profit des autres modes de transport, dont la part de transport collectif, qui doit passer de 4 à 10% en 2030.

On peut encore citer en vrac un plan lumière de 600 millions destiné à équiper les autoroutes de Led, ou la verbalisation des automobilistes qui laissent tourner le moteur de leur véhicule.

Fin de l’ère du plastique

Depuis le 1er décembre 2016, les sacs plastiques à usage unique sont interdits. La mesure a récemment été étendue par l’interdiction, dès le 1er janvier 2020, des ustensiles en plastique destinés à l’usage alimentaire (gobelets, tasses, assiettes, couverts, pailles,…) dans les événements et établissement ouverts au public.

Le bulletin des gouvernements

À l’approche du scrutin du 26 mai, L’Echo dresse le bilan des gouvernements régionaux et communautaires. Douze thématiques, soigneusement sélectionnées par la rédaction. Retrouvez-les dans notre dossier >

Plus largement, et cela permet de faire le shift sur la compétence climat, le gouvernement a adopté en décembre 2017 le pacte énergétique, définissant un cadre pour la transition énergétique menant à une société bas-carbone en 2050. Le plan wallon énergie climat 2030, comme contribution wallonne au plan national énergie climat, a lui été validé en juillet dernier. Le pacte énergétique fixe notamment un objectif de 40% d’énergie belge produite à partir de sources renouvelables d’ici 2030 et de 100% d’ici 2050.

De ce double pacte sont venues se greffer une série de mesures dont le but doit permettre d’atteindre les objectifs climatiques de la Wallonie. On pourrait pointer par exemple le projet RenoWatt qui vise l’amélioration de l’efficacité énergétique de bâtiments publics, la réforme du cadre éolien, la simplification des aides pour des travaux économiseurs d’énergie ou les circuits fermés d’énergie.

Reste quelques inconnues fiscales, liées à la complexité politique du moment. Le décret encadrant l’exemption du futur tarif prosumer pour les propriétaires actuels de panneaux photovoltaïques pourrait ne pas voir le jour par manque de temps et de majorité.

Lire également

Publicité
Publicité