Flavien Berger voyage dans le temps

Flavien Berger est à la vie ce qu’il est sur scène: un homme bienveillant, philosophe, qui chérit l’imprévu et la spontanéité. ©doc

Avec son deuxième album, "Contre-temps", le chanteur-producteur français explore la temporalité des sentiments humains dans une ambiance tendre et chaleureuse.

Le contretemps en musique est une action qui vise à attaquer un son sur un temps faible. Un contretemps, c’est également un événement qui survient de manière inattendue et qui a bien souvent pour effet d’altérer un processus organisé. Mais que peut donc bien être alors un "contre-temps"? Cet amusant mot-valise est le titre du second album de Flavien Berger, prodige de la nouvelle chanson française.

Ce que l’on vit aujourd’hui, maintenant, c’est ça l’éternité. Puisqu’on vivra toujoursaujourd’hui, maintenant.
Flavien Berger

Révélé en 2015 avec son premier album stellaire "Léviathan", le jeune homme est venu bouleverser le monde de la pop francophone en triturant les frontières entre les genres et en apportant une vision nouvelle dans laquelle psychédélisme, musique électronique et de variété se mélangent. Un premier effort intense qui lui a permis de se forger une jolie réputation, avec de nombreux concerts à guichets fermés (dont ceux de La Rotonde et des Nuits au Botanique) mais surtout de le placer tout en haut de la hiérarchie des plus belles promesses de la musique moderne. Voilà un parcours bien riche pour quelqu’un qui a commencé à composer de la musique sur sa Playstation!

Flavien Berger - Maddy La Nuit

Proche du cœur

C’est donc après une tournée marathon et un peu de repos, ici même à Bruxelles (où il a vécu quelques années), que Flavien Berger se consacre à la construction de son second album, pensé comme un voyage dans le temps. "J’ai l’impression que cet album est un peu comme un cadran, quelque chose qui explique que la musique se situe dans le passé. Elle reste, elle traîne, comme une coulure. ‘Contre-temps’, ça parle de l’avant, de l’après et du maintenant, comme une balise. C’est ce que je dis dans le titre ‘Hyper-horloge’. Ce que l’on vit aujourd’hui, maintenant, c’est ça l’éternité. Puisqu’on vivra toujoursaujourd’hui, maintenant."

Flavien Berger est à la vie ce qu’il est sur scène: un homme bienveillant, philosophe, qui chérit l’imprévu et la spontanéité. Ce qui explique la tournure ingénue que sa musique peut parfois prendre. Si "Léviathan" lui a permis de montrer un concentré de son talent, il a voulu, avec cet album, sortir de l’excès pour se rapprocher plus simplement du cœur de l’auditeur. "J’ai voulu que ce que je dis soit simple et profond, proche de l’oreille de celui qui l’écoute. Je ne voulais plus m’embarquer dans des considérations métaphoriques, de l’imaginaire, de l’exotisme. Parce que je me suis rendu compte que le terrain dans lequel je voulais creuser, c’est surtout les sentiments humains."

Flavien Berger - "Contre-Temps" | 4/5 | Pan European Recording ©doc

Pour parvenir à simplifier son discours, Flavien Berger a dû s’ouvrir un peu plus. Aux collaborations d’une part, avec des textes travaillés à plusieurs, fruits d’une "attraction créative" avec notamment Julia Lanoë (Sexy Sushi, Mansfield TYA) ou Maya de Mondragon (qui a réalisé la pochette du disque). Et à de nouveaux formats, d’autre part, car "Contre-Temps" prend l’auditeur à contre-pied, en le baladant de la pop au R’n’b, avec de nombreuses variations de rythmes et d’atmosphères. Un changement audacieux, mais nécessaire. "Je pense que je suis rentré encore plus en détail dans l’expérience sonore, nous explique-t-il. Même si elle est distillée dans des formats pop. Les morceaux sont beaucoup plus structurés qu’avant." Un gain en stabilité que l’artiste explique par une grosse pression auto-administrée. "Cela m’a permis de savoir ce que je voulais vraiment faire pour ce disque. Lors d’un deuxième album, on est attendu sur plein de terrains. Mais tu as envie avant tout de te surpasser, toi. Quitte à faire quelque chose que tu ne sais pas faire. Souvent, on fait un disque et après on se rend compte de ce que c’est. Je commence à me rendre compte doucement de ce que j’ai raconté là-dedans… Et ce n’est pas rien", souffle-t-il.

Lire également

Publicité
Publicité