reportage

Une navigatrice ambassadrice de l'économie circulaire

Ellen MacArthur a mis fin à sa carrière de navigatrice à 33 ans, pour se consacrer à la promotion de l'économie circulaire. ©Getty Images for Greentech Festival

La navigatrice Ellen MacArthur a laissé tomber ses voiles pour mener un nouveau combat. Non plus contre la mer et les éléments, mais pour leur défense, au travers de la promotion à grande échelle de l'économie circulaire.

C'est encore une histoire de prise de conscience que celle d'Ellen MacArthur. La navigatrice britannique a passé la plus grande partie de sa vie sur les océans. Quoi de plus naturel qu’à 33 ans, elle ait décidé de laisser tomber les bateaux pour embrasser la cause environnementale? C'est lors d'une navigation en solitaire, en plein cœur d'une tempête australe, que la jeune femme a vu dans son expérience maritime une métaphore de ce que vit – ou subit – la planète terre et les hommes qui l'habitent. Des ressources limitées, qui s'épuisent. Comme sur un bateau. Avec l'impossibilité d'en faire importer de nouvelles.

Ellen MacArthur a décidé de mettre toute son énergie dans le soutien à l'économie circulaire. L'une des manières de résoudre, à ses yeux, l'équation qui s'impose aujourd'hui. Sa ténacité – démontrée en remportant des trophées comme la Route du Rhum, ou battre le record du monde à la voile en solitaire (c'était en 2005, elle avait seulement 27 ans) – lui permettra de rallier de nombreuses entreprises à sa cause, au travers de sa fondation.

Ellen MacArthur part du principe que le modèle sur lequel on se base depuis 150 ans, à savoir un modèle linéaire où l'on extrait, transforme, utilise et jette les ressources, est un non-sens.

Cette fondation éponyme, elle l'a créée en 2010. Son objectif: inciter le public, et les entreprises, à mettre d'autres lunettes, repenser le monde, construire un avenir durable, sur la base du concept d'économie circulaire. En effet, Ellen MacArthur part du principe que le modèle sur lequel on se base depuis 150 ans, à savoir un modèle linéaire où l’on extrait, transforme, utilise et jette les ressources, est un non-sens. "Ce système", estime-t-elle, "ne peut pas fonctionner sur le long terme."

Une triple solution

Il y aurait bien une solution: la décroissance. Consommer moins, circuler moins, faire moins. Mais cette stratégie ne permet que de gagner du temps. Elle ne s'inscrit pas dans la durabilité. Pour la navigatrice, il faut basculer vers quelque chose de tout à fait différent. Ses solutions?  Produire "propre", c'est-à-dire limiter la production de déchets et de pollution dès la conception des produits. Produire "durable", c'est-à-dire produire en utilisant des matériaux de qualité et résistant au temps (tout l'inverse de l'obsolescence programmée). Enfin, laisser à la terre le temps de se régénérer, et éviter d’épuiser les ressources par nos activités.

150
millions de tonnes
On estime à 150 millions de tonnes la masse de déchets plastiques présents dans les océans.

Voilà pour la théorie. En pratique, la Fondation MacArthur travaille sur plusieurs axes. Elle fait des recherches et analyses (notamment en collaboration avec McKinsey) pour mettre en lumière le potentiel économique de l'économie circulaire. Elle collabore avec les entreprises, dans le but de stimuler l'innovation. Parmi ses partenaires, on compte de grands noms de l'industrie comme BlackRock, Danone, Google, H&M, Unilever, Renault.

Une collaboration avec Solvay

Un exemple belgo-belge de collaboration?  Solvay, qui  a mis sur pied un accord avec la Fondation, dans le but de stimuler l'économie circulaire dans le secteur de la chimie.  Solvay s'est fixé trois priorités: transformer les déchets des marchés stratégiques de Solvay en matières premières à valeur ajoutée; créer de la valeur en augmentant la qualité des matériaux recyclés grâce à des processus améliorés; développer de nouveaux produits de conception circulaire.

À côté de cela, la Fondation a aussi mis en place des initiatives promouvant l'économie circulaire au travers de l'éducation, et via la publication de rapports et d'ouvrages centrés sur cette problématique.

La leçon des océans

2050
En 2050, la masse de déchets plastiques présents dans les océans pèsera aussi lourd que la totalité des poissons qui y vivent…

Ellen MacArthur n'a pas oublié ses années à sillonner les océans, et les leçons qu'elle en a tirées sur le plan de la pollution, notamment des matières plastiques. Un désastre écologique auquel elle est particulièrement sensible. La Fondation a mené une étude sur le sujet. On estime à 150 millions la masse de déchets plastiques présents dans les océans. En 2050, cette masse sans cesse croissante pèsera aussi lourd que la totalité des poissons qui y vivent… La solution préconisée par la Fondation: éliminer le plastique dont on n'a pas besoin, innover pour produire du plastique réutilisable, recyclable ou compostable, faire circuler le plastique pour qu'il reste dans l'économie, et qu'il ne parte pas dans notre environnement.

Comment résoudre la pollution plastique?

Bref, miser sur l'économie circulaire. Le nouveau mantra d'Ellen MacArthur, qu'elle continuera à marteler auprès des dirigeants, des entrepreneurs, mais aussi de la population, dans les années à venir.

Le résumé

  • Après des années passées à arpenter les océans sur ses bateaux, Ellen McArthur a décidé de consacrer le reste de son temps à la promotion de l'économie circulaire.
  • Elle a mis sur pied une fondation qui a l'oreille des plus grandes entreprises, de Danone à Solvay en passant par Unilever ou Renault.
  • Son mantra: l'économie linéaire, qui épuise les ressources de la terre, est un non-sens.
  • Son grand combat: la lutte contre le plastique qui pollue les océans.

New Insights | La durabilité, un pari gagnant. 10 passionné(e)s qui osent changer le monde

Des investissements socialement responsables aux processus de production circulaires, la durabilité se retrouve à tous les niveaux d'une entreprise prospère. Quiconque souhaite entreprendre aujourd'hui doit penser à la société de demain. Plongez à travers les histoires de 10 passionné(e)s qui osent changer le monde.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité