Booba, le rappeur français lance sa bombe de Noël

Le patron du rap français, c’est Booba. Comme il aime à le rappeler à ses concurrents, Rohff en tête, il trône. D’ailleurs, tel est le titre de son nouvel opus. "Trône" s’est déjà vendu à 62.000 exemplaires en format digital. Sa version physique sortira le 15 décembre.

Pour ses fans, il est le plus grand rappeur de la galaxie. D’aucuns le surnomment le Duc de Boulogne. Elie Yaffa – de son vrai nom – a choisi de lancer son nouvel et neuvième album sur les plateformes numériques ce 9 décembre parce que c’est sa date d’anniversaire. Tout simplement. Il vient donc de fêter ses quarante et un ans et il est dans le game du rap depuis vingt ans. C’est dans la banlieue parisienne, précisément les Hauts-de-Seine, qu’il a fait ses premiers pas (de danse) dans le hip-hop. En effet, avant de rapper, Booba dansait.

Son nom de scène, il l’a emprunté à un cousin sénégalais Boubakar. Car Booba est un métis à moitié français par sa mère, et à moitié sénégalais par son père. Sa première prise de conscience politique, il l’a eue, dit-il, lors d’un voyage sur l’île de Gorée, haut lieu de l’esclavage africain.

Star des années 2000

Booba, avant de devenir une star des années 2000, a connu un passage en prison – dix-huit mois- pour le braquage d’un taxi. A cette époque, il fait partie du groupe Lunatic et évolue surtout dans l’underground du rap. Mais c’est là qu’il a trouvé son fanbase. Quand il décide de se mettre à son compte et donc en solo, il crée son propre label, Tallac Records. Et il signera bientôt chez Barclay, un major du disque. Dès 2002, Booba accumule les disques d’or. "Temps mort", "Panthéon", "Autopsie vol. 1", "Ouest Side", autant de succès.

Le profil
  • 1976: Booba naît le 9 décembre à Boulogne-Billancourt.
  • 1994: Il monte le groupe Lunatic.
  • 2002: Il sort son premier album solo "Temps mort" sur un label indépendant et sera disque d’or.
  • 2015: Il crée sa propre web radio OKLM (qui signifie "au calme").
  • 2016: L’écrivaine féministe Marie Debray publie un essai – "Ma chatte, lettre à Booba" – où elle explique comment elle voit en lui un auteur dont le combat se rapproche du sien. Toutes les féministes ne l’ont pas rejointe sur ce point.

Bien sûr, le succès ne lui amène pas que des choses agréables. Ainsi, en 2006, sa mère et son frère sont enlevés à Meudon et une rançon de 500.000 euros est exigée par les ravisseurs. Mais la police intervient, libère les membres de sa famille et finalement, aucune rançon ne sera versée par Booba. A cette époque, il devient un phénomène médiatique et commence à être invité par les grandes émissions de télé comme celle de Ruquier où il peut commenter la vie dans les banlieues aussi bien que la politique française…

Entre Paris et Miami

En 2010, le rappeur réalise un de ses rêves en partant pour Miami enregistrer avec Sean Combs. Depuis toujours, le rap américain des années 80 et 90 exerce sur lui une influence marquante. Mais cela ne l’empêche pas d’aimer les chansons de Renaud. D’ailleurs, sur "Petite fille", il rend hommage à "Morgane de toi" en rappant: "A m’asseoir sur un banc, en tenant dans ma main tes petits doigts de femme. Tu me laisses croire que Dieu est grand. J’tomberai pour toi, plus jamais pour des kilogrammes."

Installé à Miami depuis quelques années, Booba a chopé le virus de l’entreprenariat. Il produit d’autres artistes, comme les Belges Shay et Damso, et vient de sortir un parfum, KoEptYs. Et dans la majorité des cas, il refuse toute interview. Sa communication, Booba la fait passer par les réseaux sociaux. Son compte Twitter dépasse les quatre millions de followers.

Friday
Dans son nouveau clip "Friday", Booba est dans le désert en compagnie d’un tigre, d’une femme sexy et de R2 D2, le robot de Star Wars. Comme quoi, il sait que son album sort en même temps que le film…

Les métagores
Si beaucoup trouvent qu’il y a un monde entre les textes d’un MC Solaar et ceux d’un Booba, l’essayiste Thomas Ravier s’est penché, pour la Nouvelle Revue Française, sur les punchlines du Duc de Boulogne et y a trouvé des "métagores". Un néologisme pour désigner des métaphores gores.

De la violence
Le rap de Booba est souvent violent. Il rétorque: "Je sais que ça peut choquer les gens mais pas plus qu’un JT sur LCI. Les infos, c’est pire que tous les films violents et les albums de rap réunis."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content