Une consécration un peu tardive pour Olaf Scholz

Futur ministre des Finances et vice-Chancelier, Olaf Scholz (SPD) ne devrait pas changer l’orthodoxie budgétaire allemande. Cette nomination est une bonne nouvelle pour les partisans d’une Europe forte.

Cet homme de l’ombre va enfin se retrouver sous les feux de la rampe. Les fins connaisseurs du paysage politique allemand connaissent tous le futur ministre des Finances et vice-Chancelier fédéral. À 59 ans, Olaf Scholz est un vieux routier du parti social-démocrate. Membre du SPD depuis 1975, l’actuel maire de Hambourg a été vice-président des Jeunesses socialistes de 1982 à 1988 avant d’être député au Bundestag de 1998 à 2001 puis de 2002 à 2011. Mais son seul fait d’arme notoire est d’avoir brièvement occupé le poste de ministre du Travail de 2007 à 2009 durant la première grande coalition pilotée par Angela Merkel. Lorsque la chef de la CDU a décidé de s’allier avec les libéraux pour son second mandat, cet avocat de formation a choisi de revenir dans la ville hanséatique où il a été élevé.

Politicien discret

Lors des élections municipales de 2011, il parvient à s’emparer de la mairie qui était contrôlée par les chrétiens-démocrates. Elu à la majorité absolue, il accroît sa popularité en réglant plusieurs dossiers brûlants et en sauvant le chantier de la superbe Elbphilharmonie dont les coûts s’étaient envolés dangereusement.

Le profil
  • 14 juin 1958: Naissance à Osnabrück en Basse-Saxe. Il déménagera dès la maternelle à Hambourg où il vit toujours.
  • 1982 à 1988: Vice-président fédéral des Jeunesses socialistes (Jusos).
  • 1998 à 2001 et 2002 à 2011: Député fédéral.
  • 2007 à 2009: Ministre fédéral du Travail.
  • Depuis 2011: Maire de Hambourg.

En 2015, le discret politicien au crâne dégarni subit un premier revers lorsque les Hambourgeois rejettent par référendum la candidature de la ville aux Jeux olympiques de 2024. En juillet 2017, il est accusé de ne pas avoir pu empêcher les émeutes qui ont marqué le sommet du G20. Lors des dernières législatives, le maire, qui était pourtant un des six vice-présidents du SPD, a refusé de faire campagne dans tout le pays car il jugeait que Martin Schulz manquait de vision. Le pire résultat dans les urnes de sa formation depuis 1949 lui donnera raison. L’ancien président du Parlement européen ne semble toutefois pas rancunier car il a accepté qu’Olaf Scholz devienne le futur vice-Chancelier, un titre qui aurait du lui revenir en tant que chef du parti.

L’arrivée d’un social-démocrate aux Finances ne devrait pas changer l’orthodoxie budgétaire allemande. Ministre, il avait refusé d’assouplir les lois "Hartz" de flexibilisation du marché du travail. Et lors de la crise financière de 2008, il avait participé à l’élaboration des mesures gouvernementales facilitant le recours au chômage partiel pour les entreprises.

Bonne nouvelle pour Macron

Sa nomination à Berlin représente néanmoins une excellente nouvelle pour Emmanuel Macron et les partisans d’une Europe forte. Dans une récente interview au journal Die Welt, le maire du premier port allemand ne cachait pas sa volonté de renforcer l’Union européenne. "L’UE n’est pas uniquement une union douanière, jugeait-il. Il lui faut avoir une politique commune en matière de relations extérieures et de sécurité, de migration, de finance et d’économie. Cette politique doit être différente de celle de la Chancelière qui fait beaucoup dans le non-dit et conclut des accords à huis clos, en plein milieu de la nuit, à Bruxelles." Pour passer définitivement de l’ombre à la lumière, Olaf Scholz doit encore recevoir le soutien des 464.000 adhérents du SPD qui vont se prononcer sur l’accord de coalition lors d’un vote par correspondance dont le résultat devrait tomber dans un peu plus de trois semaines.

Couple politique

Son épouse avec qui il n’a pas eu d’enfant, Britta Ernst, est ministre de l’Education, de la Jeunesse et des Sports du Land de Brandebourg. Le couple fêtera cette année son vingtième anniversaire de mariage.

Avironneur sur le tard

Le futur vice-Chancelier s’est découvert, sur le tard, une passion pour les sports aquatiques. Il essaye de faire de l’aviron une fois par semaine pour s’entretenir et garder la forme.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content